Publicité
7 juin 2019 - 10:52

Opération antidrogue effectuée par les enquêteurs de la police de Trois-Rivières

Par Salle des nouvelles

Les enquêteurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont procédé, mercredi le 5 juin en après-midi, à une perquisition et à des arrestations en lien avec le trafic de stupéfiants.

L’opération antidrogue fait suite à des informations reçues concernant un point de vente de stupéfiants situé sur la rue St-Denis, secteur centre-ville. Alors que les enquêteurs effectuaient une surveillance des lieux, le suspect visé dans cette opération, soit Martin Héroux âgé de 49 ans, fut interpellé à proximité de son logement. Celui-ci était en possession d’une arme prohibée.

Lors de la fouille de son logement, les enquêteurs ont retrouvé plusieurs stupéfiants dont du crack, des métamphétamines, du cannabis, du LSD et du haschisch ainsi que divers articles reliés au trafic de stupéfiants. Des cigarettes de contrebande ainsi que six armes prohibées furent également retrouvées lors de la perquisition.

Deux autres personnes, qui étaient présentes sur les lieux, furent arrêtées pour possession de stupéfiants. Ces personnes ont été libérées sur promesse de comparaître.

Le principal suspect, Martin Héroux, est demeuré détenu au quartier général. Il a comparu ce matin au palais de justice de Trois-Rivières en lien avec des accusations de possession aux fins de trafic et trafic de cocaïne, métamphétamines, LSD ainsi que possession de six armes prohibées et bris de probation.

La Direction de la police de Trois-Rivières rappelle que toute personne, voulant partager des renseignements de façon confidentielle, peut le faire par le programme HALTE AU CRIME en communiquant au numéro 819-691-2929 touche 7, ou directement sur le site internet du programme à l’adresse halteaucrime.v3r.net.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.