Publicité
7 mars 2019 - 13:34 | Mis à jour : 14:14

Deux véhicules volés retrouvés grâce à des aspirants policiers de l’École nationale de police du Québec

Par Salle des nouvelles

Le mercredi 6 mars, un peu avant 16 h 00, la réalité a dépassé la fiction pour deux aspirants policiers. Durant leurs activités de formation régulière en patrouille-gendarmerie, deux aspirants policiers de la 202e cohorte de l’École nationale de police du Québec ont remarqué une motoneige abandonnée sur la rivière Nicolet, près du parc Gérard-Lupien à Nicolet. Sur l’autre rive de la rivière, ils voyaient un véhicule utilitaire sport. Le VUS avait les phares allumés et était inoccupé lui aussi.

Les aspirants policiers ont contacté les policiers de la Sûreté du Québec de la MRC de Nicolet-Yamaska. Après vérification, le luxueux véhicule utilitaire sport avait été volé au cours de la même journée à Trois-Rivières. La motoneige avait quant à elle été volée en 2013 à Saint-Étienne-des-Grès. L’enquête se poursuit puisqu’aucune personne n’a été arrêtée en lien avec ces vols de véhicules.

Dans le cadre de leur formation , les appels auxquels les aspirants policiers devaient répondre à Nicolet étaient une intervention auprès d’une personne avec les capacités affaiblies et une prise de plainte pour un véhicule volé.

Cette intervention est un exemple de la collaboration efficace qui prévaut entre les aspirants policiers de l’École nationale de police du Québec et les policiers de la Sûreté du Québec affectés au poste de la MRC de Nicolet-Yamaska, situé à Nicolet.

La contribution des aspirants policiers est grandement appréciée et mérite d’être soulignée. Bonne continuité de formation aux aspirants Marylou Jutras de Drummondville et Frédéric Giroux de Saint-Roch-de-l’Achigan qui en sont à leur 7e semaine de formation.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.