Publicité
14 janvier 2019 - 13:29 | Mis à jour : 14:13

Intervention policière avec un individu en proie à des problèmes de santé mentale

Les patrouilleurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont dû intervenir avec un individu en proie à des problèmes de santé mentale, dimanche le 13 janvier en avant-midi.

Un appel logé au Service de police vers 8 h 15 mentionnait qu’un individu habitant dans un logement de la rue De La Verendrye, était en crise et cassait tout à l’intérieur de son logement. Arrivés sur les lieux, les patrouilleurs ont rapidement constaté qu’il s’agissait du même individu pour lequel un déploiement policier avait eu lieu mardi le 8 janvier dernier. À l’arrivée des policiers, l’homme lançait plusieurs objets par une fenêtre de son logement. Plusieurs tentatives d’entrer en contact avec l’individu sont demeurées vaines, celui-ci étant visiblement dans un état mental perturbé.

Une évacuation de l’immeuble fut nécessaire afin d’assurer la sécurité des autres occupants. Les policiers ont par la suite, pris position dans le logement adjacent afin d’être en mesure d’intervenir rapidement en cas de reddition de l’individu. À un certain moment, celui-ci aurait réussi à défoncer un mur mitoyen. Les policiers ont profité de cette ouverture pour asperger l’homme avec du poivre de cayenne. Quelques minutes par la suite, l’homme sortait à l’extérieur pour se rendre aux forces de l’ordre.

Celui-ci fut contrôlé par les policiers.Il fut conduit au centre hospitalier régional de Trois-Rivières sous escorte policière, afin de recevoir les soins appropriés. Dès que son état mental sera rétabli, l’individu sera mis en état d’arrestation pour avoir causé des méfaits. Une comparution devrait suivre ultérieurement.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.