Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
16 octobre 2018 - 12:24 | Mis à jour : 12:35

Steven Collard toujours recherché par la Sûreté du Québec

Les policiers de la Sûreté du Québec du poste de la Ville de Shawinigan ont procédé à deux arrestations en lien avec une agression armée survenue dans un établissement licencié de Shawinigan au cours de la nuit du dimanche 30 septembre.

Shayne Drolet, 22 ans de Shawinigan, a été arrêté hier pour voies de fait causant des lésions. Il a comparu au palais de justice de Shawinigan en après-midi. Il fait face à une accusation de voies de fait causant des lésions. Une femme de 46 ans de Shawinigan a également été arrêtée le 30 septembre pour voies de fait en lien avec cet événement. Elle a été libérée et devrait comparaître à une date ultérieure.

Steven Collard est également recherché en lien avec cet événement.
 

Description de Steven Collard, 41 ans de Saint-Germain-de-Grantham :


Taille : 1 m 69 (5 pi 6 po)
Poids : 75 kg (165 lb)
Cheveux : gris
Yeux : bleus

Recherché pour voies de fait causant des lésions et agression armée

Un homme et une femme, âgés de la vingtaine, ont tous deux été blessés et conduits dans un centre hospitalier à la suite de cette agression. On ne craint pas pour leurs vies.

Toute personne qui apercevrait cet individu est priée de communiquer avec le 911. De plus, toute information pouvant permettre de le retracer peut être communiquée, confidentiellement, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.