Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
21 août 2018 - 12:46 | Mis à jour : 12:58

Une poursuite policière dans la nuit de mardi

Par Salle des nouvelles

Les patrouilleurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont effectué une poursuite policière dans la nuit de mardi. Celle-ci fait suite à l’interception d’un véhicule aux abords d’un chantier de construction.

Vers 2h05 la nuit dernière, les patrouilleurs ont aperçu un véhicule immobilisé sur la rue Laviolette, dans la zone de travaux, près du Cégep. Ceux-ci se sont dirigés vers le véhicule afin de vérifier les occupants. Lors de la discussion avec le policier, le conducteur aurait mis le véhicule en marche. Le policier lui aurait demandé de demeurer sur place, mais le conducteur a plutôt décidé de quitter les lieux alors que le policier tentait de l’en empêcher. Ce faisant, celui-ci fut trainé par le véhicule du suspect sur une certaine distance, sans lui causer de blessures. Les patrouilleurs sont donc partis à sa poursuite. Celle-ci a duré quelques minutes sans que le fuyard ne s’immobilise, commettant plusieurs infractions au Code de la sécurité routière. L’officier superviseur a annulé la poursuite après qu’il eut été possible de prélever la plaque d’immatriculation du véhicule.

Dans les instants qui ont suivi, des patrouilleurs se sont dirigés à la résidence du propriétaire du véhicule impliqué, dans le secteur Ste Marthe du Cap. Le véhicule est revenu à l’adresse environ 1 heure plus tard. Les policiers qui se trouvaient à proximité des lieux ont rapidement procédé à l’arrestation des deux occupants du véhicule. Le conducteur, un homme de 34 ans fut détenu et devait comparaître ce matin face à des accusations de fuite, agression armée et conduite dangereuse. Le passager, quant à lui, fut arrêté pour avoir troublé la paix et fut remis en liberté.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.