Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 mai 2018 - 10:51 | Mis à jour : 11:00

Arrestation pour menaces de mort à Trois-Rivières

Par Salle des nouvelles

Lundi soir, les enquêteurs de la Direction de la police de Trois- Rivières ont procédé à l’arrestation d’un individu, en lien avec des menaces de mort.

L’arrestation fait suite à des menaces proférées par le suspect à l’égard d’une employée du bureau du protecteur du citoyen à Québec.

L’individu, qui est aux prises avec des problèmes de santé mentale, aurait téléphoné au bureau de Québec afin de se plaindre du traitement reçu de la part d’un juge retraité et d’un procureur, lors d’un dernier passage devant les tribunaux. N’ayant pas obtenu satisfaction à sa demande, il aurait menacé de s’en prendre à ceux-ci. L’appel initial provenant de la police de Québec a été transféré au service de police de Trois-Rivières vers 16 h 30, le lundi 30 avril dernier.

Après vérification et ayant obtenu l’information que le suspect pourrait être en possession d’une arme à feu, un périmètre de sécurité a été érigé par les patrouilleurs, à proximité de sa résidence située au nord du boulevard Saint-Jean.

Les enquêteurs ont été demandés en assistance. Ces derniers ont entrepris une discussion qui s’est soldée par une sortie volontaire du suspect vers    19 h 15. Il a été mis en état d’arrestation pour menaces de mort et a été conduit au Quartier général pour interrogatoire.

Une perquisition a été réalisée à son domicile et n’a révélé aucune présence d’arme sur place. Aujourd’hui, le suspect sera amené au Palais de justice pour comparution.

La Direction de la police de Trois-Rivières rappelle que toute personne voulant partager des renseignements de façon confidentielle, peut le faire par le programme HALTE AU CRIME en communiquant au numéro 819-370-6700, ou directement sur le site internet du programme à l’adresse halteaucrime.v3r.net.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.