Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
16 mars 2018 - 10:09

Présence de pyrrhotite à la caserne de pompiers de Nicolet

Par Salle des nouvelles

En séance du conseil municipal, les élus nicolétains ont confirmé la présence de pyrrhotite dans les fondations et murs de l’édifice qui abrite le Service de sécurité incendie (portion construite en 2005). La partie des Travaux publics construite en 2008 n’est cependant pas atteinte par ce problème concentré uniquement du côté caserne.

Le maire suppléant, Stéphane Biron, en a profité pour expliquer les différentes mesures prises par la Ville de Nicolet pour assurer le suivi à ce nouveau dossier de pyrrhotite suite au rapport d’inspection : « D’abord, nous avons désigné une entreprise pour faire un suivi de la dégradation de l’édifice, comme bien d’autres institutions l’ont fait jusqu’à maintenant. Nous avons également profité de la séance publique pour mandater la firme d’avocats Lambert et Therrien pour nous représenter dans ce dossier. Celle-ci a développé l’expertise nécessaire sur ce sujet assez complexe et verra à représenter nos intérêts concernant la pyrrhotite présente à la caserne de pompiers nicolétaine».

Le Centre-du-Québec n’échappe pas à ce fléau tant au niveau domiciliaire où un certain nombre de cas sont maintenant répertoriés qu’au sein d’institutions comme la Ville de Nicolet ou l’École nationale de police du Québec.

Rappelons en terminant que, pour les propriétaires de maisons admissibles au programme d’aide, le gouvernement du Québec a d’ailleurs annoncé la semaine dernière avoir fait débloquer la somme de 300 000 $ pour le territoire de la MRC de Nicolet-Yamaska.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.