Publicité

19 mars 2021 - 16:00

Bécancour a accordé une aide de 150 000 $

Un investissement de près d’un million de dollars à Sainte-Gertrude

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Ville de Bécancour vient d’annoncer qu’elle accorde une aide financière de 150 000 $ pour un projet d’investissement de près d’un million de dollars dans le parc industriel des Châtaigniers situé dans le secteur Sainte-Gertrude.

« Je suis très heureux qu’après plus d’une douzaine d’années, l’ancien site de l’usine Shermag reprenne vie en devenant le Complexe Multico », se réjouit Pierre Michel Auger, commissaire industriel.

Dans une première phase, cet investissement permettra d’offrir des services d’entreposage commercial.

Par la suite, des locaux industriels seront mis à la disposition de futures PME.

Ce projet permettra la création immédiate d’au moins un emploi à temps complet et deux à temps partiel.

De plus, des emplois indirects seront reliés aux entreprises hébergées et des entrepreneurs locaux réaliseront des travaux de rénovation sur une période de trois ans.

« J’ai été surpris d’avoir autant d’appui ! M. Auger a facilité le processus », souligne Patrice Ricard, promoteur du projet.

« Cette acquisition est le fruit d’efforts déployés collectivement à la fois par des citoyens de Ste-Gertrude et des intervenants de la Ville de Bécancour », mentionne Raymond St-Onge, conseiller municipal.

« Cette transaction m’apparaît très structurante et s’inscrit dans l’effort de vitalisation entrepris pour le secteur Ste-Gertrude. Cette nouvelle arrive à un bon moment, à un bon endroit, avec perspectives de développement prometteuses. Bienvenue à monsieur Ricard et plein succès », conclut le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.