Publicité

14 janvier 2021 - 11:30

Innovation et Développement économique Trois-Rivières le confirme

Les commerces non prioritaires maintenant admissibles à l’AERAM

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les commerces considérés comme non prioritaires qui ont dû fermer leurs portes le 25 décembre dernier pour respecter les mesures sanitaires gouvernementales sont maintenant admissibles au volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) du Programme Aide d’urgence aux PME (PAUPME).

C’est ce que confirme Innovation et Développement économique Trois-Rivières, précisant que ce volet couvre les frais fixes pour la période de fermeture, comme le loyer, les taxes municipales, les assurances et les frais de télécommunication, par exemple.

Il prend la forme d’un pardon de prêt (aide financière non remboursable) pouvant atteindre 100 % des frais fixes admissibles, jusqu’à concurrence de 15 000 $ par mois, sans excéder 80 % du montant octroyé dans le cadre du PAUPME.

Ces entreprises nouvellement admissibles sont essentiellement des commerces de détail, des cliniques de soins personnels et des centres d’esthétique.

Celles-ci sont invitées à déposer leur demande sur le site web d’IDE Trois-Rivières. Pour le moment, les mois de janvier et de février seront analysés par l’équipe.

Par ailleurs, les entreprises visées par un décret de fermeture depuis le mois d’octobre peuvent toujours déposer leur demande au volet AERAM.

Jusqu’ici, 57 d’entre elles en ont bénéficié, majoritairement des restaurants, des bars et des centres de conditionnement physique, avec une centaine de demandes au total.

Le gouvernement du Québec a mandaté IDE Trois-Rivières pour administrer localement le PAUPME.

Sur les 8,2 M$ alloués jusqu’ici, 1,7 M$ est encore disponible. Depuis le début de la pandémie, IDE Trois-Rivières a aidé financièrement 376 entreprises, pour un total accordé de 8,4 M$

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.