Publicité

28 septembre 2020 - 12:00

Entreprises mauriciennes

Shawinigan : Protection Incendie Péri-Tech acquiert Extincteurs R. Léveillé

Par Salle des nouvelles

L’entreprise Protection Incendie Péri-Tech bonifie son offre de services. Dans les derniers jours, le président Patrick Périgny s’est porté acquéreur d’Extincteurs R. Léveillé de Saint-Tite, offrant par la même occasion un service complet à la fois de vente et d’entretien d’extincteurs et de systèmes de gicleurs automatiques.

« Mon entreprise œuvre dans le domaine de la protection incendie par la vente et l’entretien de systèmes de gicleurs automatiques. L’acquisition d’Extincteurs R. Léveillé vient ajouter un service complémentaire à mes clients, puisque ces derniers pourront également faire vérifier et inspecter leurs extincteurs lors du passage de notre équipe expérimentée chez eux » explique Patrick Périgny, en ajoutant que les clients de son entreprise sont à la fois des particuliers, des commerces, des industries et des établissements d’enseignement de partout au Québec.

Poursuite du service personnalisé à Sainte-Tite

Les activités de l’entreprise sont centralisées dans les locaux de Protection Incendie Péri-Tech, situés dans le parc industriel de Shawinigan, secteur Grand-Mère. Désirant toutefois offrir un service personnalisé et adapté aux
clients de la MRC de Mékinac, il sera possible pour les clients de laisser leurs extincteurs pour entretien au point de dépôt situé chez Batterie Mauricie de Saint-Tite.

« Pour nous, la satisfaction de la clientèle est primordiale. Comme Extincteurs R. Léveillé était située à Saint-Tite, nous nous devions de poursuivre un service personnalisé dans ce secteur. Marc Bélisle, ancien propriétaire d’Extincteurs R. Léveillé et propriétaire de Batterie Mauricie, recevra les extincteurs dans son commerce et mon équipe s’assurera de l’entretien adéquat de ceux-ci », renchérit M. Périgny.

Le nombre d’employés de Protection Incendie Péri-Tech se porte maintenant à 12.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.