Publicité

12 juin 2020 - 09:25

L'endroit, disponible pour être partagé par trois entreprises, a été inauguré hier

L'incubateur industriel officellement en place à Bécancour

Par Salle des nouvelles

À l’occasion d’une visite de fin de chantier de construction, effectuée sous le signe de la distanciation, Jean-Guy Dubois, maire de la Ville de Bécancour, accompagné du commissaire industriel de la Ville, Pierre Michel Auger et de Nicole Coutu, présidente du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables, ont procédé à l’inauguration de l’incubateur industriel de Bécancour.

Rêvant de l’aboutissement de ce projet depuis 2015, alors qu’il mettait en place les chantiers économiques de la Ville, cette inauguration est qualifiée par l'élu de « beau moment économique de Bécancour » qui « permettra assurément à Bécancour de rayonner, tout en participant à l’augmentation de notre richesse collective ! »

Situé au 7800, rue Maurice-Guillemette et localisé dans le Parc PME Jean-Demers, cet incubateur industriel est maintenant prêt à accueillir ses premiers usagers. La structure est une réalisation de l’architecte locale Michelle Côté.

Un nid à production pour les entreprises

La construction a été effectuée dans le respect des temps planifiés initialement, et ce, malgré un léger retard causé par l’arrêt du secteur de la construction industrielle dû à la crise de la COVID-19. Avec un coût totalisant près de 3,5 M$, la réalisation de cet incubateur est possible grâce à la participation financière du Ministère de l’Économie et de l’Innovation, du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables et de la Corporation de promotion et de développement de Bécancour.

La structure de 15 000 pi2, opérée par la Corporation de promotion et de développement de Bécancour, accueillera, d’ici quelques semaines, des entreprises qui pourront ainsi obtenir un endroit physique dans lequel pratiquer leurs activités courantes et y développer de nouveaux produits et de nouveaux procédés.

Les incubés seront au nombre de trois dans cet espace et se partageront notamment des entrepôts de production, une salle commune, des espaces de travail, une salle de rencontre munie d’une cuisinette et auront accès aux technologies courantes de télécommunication. Les divers acteurs économiques du territoire seront également interpellés en toute complémentarité à l’offre de l’incubateur. 

Un vecteur d'innovation dans la région

En créant cette nouvelle structure, Bécancour emboîte donc le pas comme plusieurs autres villes de la région, telles que Trois-Rivières, Shawinigan et Drummondville qui ont mis en place des infrastructures d’accueil pour stimuler l’entrepreneuriat et regrouper des entreprises en prédémarrage et démarrage, et ce, afin de leur offrir des espaces et des services communs.

Il s’agit d’ailleurs du premier grand investissement de la Ville et de la Corporation de promotion et de développement, d’une série de plusieurs afin de positionner Bécancour comme pôle d’accueil important pour les PME, spécifie le commissaire Pierre Michel Auger.

« De belles choses sont à venir pour Bécancour », renchérit-il.

Par ailleurs, la présidente du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables, Nicole Coutu, croit que cet incubateur saura nourrir la fibre entrepreneuriale de notre communauté et que des entreprises florissantes y naîtront. « Cette nouvelle infrastructure favorisera sans aucun doute l’innovation, la culture entrepreneuriale et la vitalité économique chez nous », se réjouit-elle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.