Publicité

5 février 2020 - 09:00

Première position à la prmeière étape internationale, "Get in the ring"

Coupe des startup: l'entreprise mauricienne Kojit Ressources humaines honorée

Par Salle des nouvelles

L’entreprise Kojit ressources humaines a obtenu la première position dans le cadre de la 3e édition de La Coupe des startup présentée par RBC lors de l’arrêt qui s’est tenu à Trois-Rivières le 31 janvier. Ce concours est organisé par le RJCCQ - Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec, en collaboration avec la Jeune Chambre de la Mauricie, et représente la première étape de la compétition internationale Get in the Ring.

« Nous sommes impressionnés par la qualité des participants de cet arrêt, ils ont fait un excellent travail et nous pouvons être fiers des startup de la Mauricie, s'enthousiasme Marie-Cristine Pelchat St-Jacques, présidente de la Jeune Chambre de la Mauricie. Accueillir une activité de cette envergure est un honneur et contribue réellement à soutenir la croissance de ces entreprises ».

Finale nationale le 16 avril

Maximilien Roy, président-directeur général du RJCCQ affirme de son côté être: « [...] ravi de parcourir la francophonie canadienne afin de découvrir ces talents entrepreneuriaux qui diversifie et veille à l’économie canadienne. »

La prochaine étape pour Kojit ressources humaines sera d’affronter les gagnants de chaque arrêt canadien afin de défendre son titre lors de la finale nationale à Québec, le 16 avril 2020. L’entreprise remportant le titre de champion canadien recevra 20 000 $ et sera propulsée à la finale internationale pour la compétition Global Meetup - Get In The Ring.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.