Publicité
4 novembre 2019 - 12:00

Projet de 3 M$

Les travaux de la nouvelle Maison Albatros de Trois-Rivières ont débuté

Par Salle des nouvelles

Le projet de 3 M$ consiste à rénover l’ancien bâtiment de l’infirmerie des Filles de Jésus de Trois-Rivières pour permettre à Albatros de s’agrandir en déménageant dans des locaux plus modernes et mieux équipés.

La nouvelle Maison Albatros pourra accueillir jusqu’à 10 patients dès l’été prochain. Les travaux respectent l’échéancier prévu. Ils consistent d’abord à séparer la structure de l’ancienne infirmerie de celle du couvent pour, par la suite, procéder à la rénovation complète du bâtiment. «Tout a été pensé pour mieux répondre aux besoins des patients et de leurs familles, des bénévoles et du personnel en place » a souligné le président du conseil d’administration de la Maison Albatros, Denis Côté.

Douze chambres privées

La nouvelle maison comprendra douze chambres privées, une salle de bain thérapeutique, une grande cuisine fonctionnelle, une salle pour les familles, des bureaux pour les professionnels et une salle de réunion. Chacune des chambres sera munie d’une salle de bain, d’un espace de travail et d’un lit pour la personne accompagnant le patient.

La campagne majeure de financement, menée par la Fondation Albatros, se poursuit jusqu’en 2023. À ce jour, plus de 1,6 M$ a été amassé.

Fondée en 1985, la Maison Albatros a pour mission d’offrir gratuitement des soins palliatifs aux personnes atteintes d’une maladie grave et irréversible en fin de vie. Elle est située sur la première
Avenue à Trois-Rivières, à proximité de son futur emplacement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.