Publicité
26 octobre 2019 - 06:00

Sherbrooke choisit le Groupe CLR pour le remplacement de son système de communication d’urgence

Nouveau contrat de plus de 4 M$ pour Groupe CLR

Par Salle des nouvelles

Récemment, Groupe CLR a remporté un important appel d’offres de la Ville de Sherbrooke afin de renouveler le système de communication d’urgence de la municipalité. Évalué à près de 4 M$, celui-ci vise le remplacement complet du système de radiocommunication pour le Service de police, le Service de protection contre les incendies ainsi que pour les Travaux publics de la ville.

Forte d’une grande expérience en système de radiocommunication pour la sécurité publique, l’entreprise trifluvienne est parvenue à remporter cet appel d’offres très technique. « Notre équipe technique a travaillé très fort afin d’élaborer une solution qui répond en tous points aux exigences stipulées dans cet appel d’offres de la Ville de Sherbrooke », a détailléJean-François Ducharme, président-directeur général de Groupe CLR.

À noter que le processus de sélection était rigoureux. Au nombre des critères évalués, on retrouvait un pointage à propos des compétences et expériences de l’entreprise soumissionnaire.

Un partenaire local

Afin d’assurer une rapidité d’intervention à la Ville de Sherbrooke pour le contrat d’entretien des installations, et ce, 24 heures par jour, sept jours par semaine, Groupe CLR a choisi de travailler avec l’entreprise Communication Plus déjà bien installée dans la capitale régionale de l’Estrie.

Il faut dire que la décision de Groupe CLR de travailler conjointement avec Communication Plus pour ce mandat était évidente puisque Groupe CLR est actionnaire de l’entreprise sherbrookoise depuis 2018.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.