Publicité
23 septembre 2019 - 09:00 | Mis à jour : 25 septembre 2019 - 12:25

Rencontre économique

Trois-Rivières : une journée de réflexion autour du développement de la Mauricie

Par Salle des nouvelles

C’est samedi que se déroulait la première édition des Rendez-vous Pauline-Julien sous le thème « La nation au cœur de notre développement ». Organisée au Salon de jeux de Trois-Rivières par la Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie, cette rencontre regroupait des acteurs du développement économique, social, environnemental, politique et culturel.

Cette journée de réflexion se voulait une occasion privilégiée pour discuter de l’avenir du développement de la Mauricie. « Pendant un peu moins de 20 ans, nous sommes passés d’une économie qui reposait sur la grande entreprise à une économie de service et de petites entreprises diversifiées et dynamiques. Cette nouvelle réalité régionale nous a imposé de nous redéfinir comme région ressource et limitrophe à Québec et à Montréal, d’être innovateur et de se doter d’orientations stratégiques structurantes qui nous permettent de relever les nouveaux défis » a déclaré d’entrée de jeu Mme Sandra Dessureault, présidente de la SSJB.

Pour Josée Grandmont, directrice du Musée des Ursulines, le dynamisme culturel distingue la Mauricie. « Le secteur des arts et de la culture est un pôle d’excellence de la Mauricie. Il compte un important bassin d’artistes professionnels et d’organismes artistiques et culturels reconnus qui s’illustrent non seulement ici, mais également à l’étranger » a expliqué cette dernière.

"Éviter d'imposer des modèles de développement uniformes à toutes les régions"

Plusieurs participants ont souligné que depuis l’abolition de la Conférence régionale des élus de la Mauricie, des Centre locaux de développement (CLD) et autres organisations, les intervenants n’ont plus de forum pour se concerter régionalement. Pour Sébastien Duchesne, biologiste et président-directeur général de Duchesne environnement, « Il faut maintenant penser autrement, regarder plus loin et se projeter en avant pour se développer durablement. Il est essentiel que les différents intervenants du milieu se concertent. Michel Angers, maire de  Shawinigan, ajoutait que la responsabilité du développement économique local est du ressort des municipalités qui investissent temps et argent, mais pour l’instant ce sont les gouvernements qui bénéficient des retombées de ce développement et les municipalités manquent de ressources pour soutenir plus largement le développement de leurs milieux.»

En fin de rencontre, Frédéric Laurin a conclu: « Tout est interrelié, il faut travailler
ensemble et se concerter pour régler les problèmes de développement que ce soit pour
la pénurie de main-d’œuvre ou le développement de projet. Il faut éviter d’imposer des
modèles de développement uniformes à toutes les régions, elles ont toutes un potentiel
développement qui doit être soutenu et développé.
»

Une deuxième édition prévue l'année prochaine

La SSJB planifie déjà une deuxième édition l’an prochain. Depuis sa fondation, la SSJB de la Mauricie s’investit en tant que partenaire du développement régional dans des projets mobilisateurs et structurants. Les rendez-vous Pauline-Julien s’insèrent dans sa vision régionale.

Fondée en 1934, la Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie (SSJB Mauricie) regroupe
aujourd’hui treize (13) Sociétés locales et cellules réparties sur tout le territoire de la Mauricie et compte, au total, quelque 15 000 membres. Elle a pour mission de défendre et promouvoir la langue française et les intérêts de la nation québécoise.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.