Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
11 janvier 2018 - 15:31

La direction de l’Aluminerie de Bécancour décrète un lock-out

Par Salle des nouvelles

La direction de l'Aluminerie de Bécancour (ABI) a décrété ce matin à 3 heures un lockout après que les employés des trois accréditations, membres du Syndicat des Métallos local 9700, aient refusé l'offre finale et globale de l'entreprise le mercredi 10 janvier 2018.  
 
Ainsi, l’usine sera exploitée par les cadres, en opérant une seule ligne de production sur trois.   
 
Tout au long de la négociation, la direction d’ABI a négocié de bonne foi et a déployé tous les efforts, afin d’obtenir une entente satisfaisante pour l’Aluminerie et ses 1030 employés syndiqués. L’offre finale et globale qui a été présentée aux employés était très compétitive, parmi les meilleures dans le secteur manufacturier au Québec, autant au niveau des salaires que des avantages sociaux et du régime de retraite.  
 
Rappel des faits : 

  • Le processus de négociation a débuté le 11 septembre 2017;
  • Les conventions collectives ont expiré le 22 novembre 2017 à 23 h 59;
  • Les parties ont poursuivi les négociations pendant plus d'un mois après l'expiration des trois conventions collectives;
  • Un conciliateur du ministère du Travail a été présent à la table de négociation dès le 23 novembre 2017, afin d’aider les parties à obtenir une entente;
  • Une offre globale et finale a été déposée le 21 décembre; 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.