Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
10 janvier 2018 - 14:19

La baisse d’inventaire et la hausse des ventes pourrait donner un certain élan au marché immobilier résidentiel

Trois-Rivières : le marché du plain-pied pourrait tourner à l’avantage des vendeurs en 2018

Par Salle des nouvelles

L’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage publiée aujourd’hui indique qu’à Trois-Rivières, les prix du marché immobilier résidentiel sont demeurés relativements stables au cours du quatrième trimestre de 2017 diminuant de 0,5 pour cent d’une année à l’autre pour s’établir à 202 596 $. 


Bien que l’agrégat pour l’ensemble des types de propriétés ait enregistré une légère baisse, le prix médian des maisons de plain-pied a pour sa part connu une hausse de 3,5 pour cent pour atteindre 179 355 $ lors du quatrième trimestre de 2017. Les ventes pour ce style de propriété ont augmenté de 23,9 pour cent, ce qui s’explique par le fait que de plus en plus de membres de la génération des baby-boomers mettent leur propriété en vente pour emménager dans une copropriété ou un maison de retraite. Ces propriétés ont la quote pour les jeunes familles et premiers acheteurs.


« L’inventaire a significativement diminué dans le segment des maisons de plain-pied et les ventes ont suivi une certaine constance au cours du trimestre », remarque Martin Leblanc, dirigeant-propriétaire, Royal LePage Mauricie. « En conséquence, les prix pourraient être amenés à augmenter dès le début de 2018. Nous serions alors dans un marché à l’avantage des vendeurs, où les prix augmentent alors que l’inventaire diminue », ajoute-t-il. Cette condition du marché se limiterait à la catégorie du plain-pied, qui demeure la plus convoitée à Trois-Rivières.


« Avec un taux de chômage à 4,5 pour cent pour le mois de décembre 2017, l’économie de Trois-Rivières, et de la Mauricie en général, se porte bien. Plusieurs annonces se sont succédées cet automne, comme un investissement de 110 million de dollars pour l’agrandissement de l’usine Olymel à Yamachiche. Néanmoins, beaucoup de postes ne sont toujours pas comblés, ce qui ralentit en quelque sorte l’activité immobilière potentielle », constate M. Leblanc. « Les entreprises dans le domaine de la fabrication notamment se remuent en ce moment pour combler des postes dans la région. Nous espérons que la mission de recrutement d’Innovation et Développement économique (IDE) Trois-Rivières, qui sera amorcée en France en février, permettra d’attirer progressivement une main d’oeuvre qualifiée laquelle contribuera à stimuler davantage le marché immobilier », ajoute-t-il.


D’ici la fin de 2018, les prix des maisons devraient connaître une modeste augmentation à Trois-Rivières, selon M. Leblanc, dû à un choix limité de propriétés sur le marché.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.