Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
28 novembre 2017 - 14:25

Analyse statistique des meilleurs plaideurs au Québec

Une avocate de la région se démarque

Par Salle des nouvelles

 Une analyse statistique publiée récemment par Premonition AI, une firme américaine spécialisée dans l’analyse algorithmique des litiges, révèle qu’une avocate de la région fait partie des dix plaideurs les plus efficaces devant les tribunaux québécois. En effet, Me Audrey-Ann Fex est l’une des deux meilleures plaideuses en Cour supérieure du Québec.  
 
« C’est extrêmement gratifiant de me retrouver dans ce classement. Le droit me tient à cœur et c’est très important pour moi de donner les meilleurs services juridiques possible à mes clients », mentionne Me Audrey-Ann Fex, avocate. 
 
Jeune avocate (Barreau 2013), Me Audrey-Ann Fex pratique en droit corporatif et litige fiscal chez Daigle, Avocats Fiscalistes inc., situé à Trois-Rivières. Elle partage le titre de meilleure plaideuse avec Me Johanne Marcil.  
 
« Nous sommes extrêmement fiers de compter Me Fex dans notre équipe. Son travail est très professionnel et elle à cœur les intérêts de nos clients. C’est un travail comme le sien qui fait la force de notre équipe », affirme Me Pier-Luc Matte, associé chez Daigle, Avocats Fiscalistes inc.  
 
L’ANALYSE STATISTIQUE   
Les résultats publiés proviennent d’une analyse statistique de quelque 400 000 causes plaidées au Canada de 2014 à 2016. Les meilleurs plaideurs sont ceux qui ont remporté 100 % de leurs causes jugées en Cour d’appel, en Cour Supérieure et en Cour du Québec. C'est en calculant le nombre de plaidoiries qui se sont soldées par une décision favorable que l'algorithme de Premonition peut ensuite attribuer un gagnant. En Cour du Québec, c'est 7 500 décisions qui ont été rendues entre 2014 et 2016 et qui ont été analysées. L’ensemble de ces causes implique 3 400 avocats. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.