Publicité

14 janvier 2022 - 14:00

« Le gouvernement a mal évalué les impacts de cette politique.»

Passeport vaccinal en librairie : Renaud-Bray se dit consternée

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les dirigeants de Renaud-Bray se disent consternés de la décision du gouvernement du Québec d'étendre l'obligation de contrôle du passeport vaccinal aux librairies ayant une surface de plus de 1 500 mètres carrés.

L'entreprise juge la mesure inéquitable et pénalisante pour elle-même et pour les Québécois.

« Le gouvernement a mal évalué les impacts de cette politique. Elle favorise les librairies de petite superficie, dont l'offre commerciale est restreinte et limitée », a déclaré Blaise Renaud, le président du groupe.

Plusieurs succursales de Renaud-Bray ont une superficie de plus de 1500 mètres carrés. Ces librairies ont par ailleurs des heures d'opération élargies. Or, les récentes mesures risquent de forcer Renaud-Bray à réduire ses heures d'opération et limiter l'accès à plusieurs de ses points de vente.

L’entreprise souligne que la mesure impactera aussi directement les auteurs, illustrateurs et éditeurs québécois.

Distanciation sociale

Pourtant, les statistiques d'achalandage de Renaud-Bray démontrent selon l'entreprise que la distanciation sociale peut être aisément maintenue dans ses librairies.

« Nos entreprises sont responsables, elles respectent tous les protocoles sanitaires en place depuis le début de la pandémie. »

De manière générale, il y a lieu de s'interroger selon Renaud-Bray à savoir si les plus récentes mesures auront un véritable impact sur le plan sanitaire. Et, le cas échéant, si les avantages surpasseront les inconvénients découlant d'un accès restreint à la culture. À ses yeux, le gouvernement n'a offert aucune démonstration probante de la chose.

« Nous ne disposons d'aucune information quant à la durée de la mesure. Il est donc impossible d'évaluer l'ampleur des impacts négatifs sur le public et les acteurs de la chaîne du livre. Nous exhortons donc le gouvernement à suspendre cette mesure dans le secteur du livre », a conclu Blaise Renaud.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.