Publicité

8 novembre 2021 - 14:02

Pour faire tomber les barrières entre autochtones et non autochtones

Change le monde, une œuvre à la fois volet Réconcili’Art : une exposition à voir

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le Comité de Solidarité/Trois-Rivières invite le public à visiter l’exposition Change le monde, une œuvre à la fois, volet Réconcili’Art, dans le cadre des Journées Québécoises de la Solidarité internationale, au Centre des Arts de Shawinigan.

Du 10 novembre au 19 décembre, cette exposition présentera les œuvres d’art issues d’un processus de co-création artistique et engagée avec des citoyens autochtones et non autochtones.

Change le monde, une œuvre à la fois est un projet d’art engagé, d’éducation populaire et de participation citoyenne.

Ce projet qui existe depuis 10 ans est coordonné par le secteur d’éducation à la citoyenneté mondiale du Comité de Solidarité/Trois-Rivières.

Son volet Réconcili’Art vise à faire tomber les barrières qui empêchent une compréhension mutuelle égalitaire entre autochtones et non-autochtones et à favoriser leur participation citoyenne. Ce volet permet de créer des ponts entre des personnes issues de différentes cultures et traditions par l’entremise de la co-création d’œuvres engagées socialement.

En participant au volet Réconcili’Art, des personnes non autochtones et autochtones, majoritairement des jeunes, ont été invitées à réfléchir et à créer des œuvres portant sur des enjeux sociaux, environnementaux ou mondiaux qui les touchent et sur lesquels elles veulent s’exprimer. Pour ce faire, elles ont été accompagnées dans le processus de réflexion et de création par l’équipe d’éducation à la citoyenneté mondiale du Comité de Solidarité/Trois-Rivières ainsi que par l’artiste et médiateur culturel Javier Escamilla.

Plusieurs écoles secondaires et groupes communautaires de la région ont pris part au projet, notamment la Maison des jeunes de Wemotaci et le Centre d’amitié autochtone de Trois-Rivières. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.