Publicité

29 octobre 2021 - 14:00 | Mis à jour : 14:05

Ses œuvres traitent de la famille et du paysage

Les traces, une exposition de Sonya Stefan à La petite Place des Arts

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La petite Place des Arts de Saint-Mathieu-du-Parc accueille à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 14 novembre l’exposition Les traces, de l’artiste Sonya Stefan, dans la salle Desjardins.

Sonya Stefan partage une série d’œuvres en images qui traitent de la famille et du paysage. Elle se spécialise en technologies analogiques telles que 16 mm, VHS, et 8 mm.

Elle s’intéresse à la détérioration en utilisant des matériaux endommagés de toutes sortes, des caméras à moitié fonctionnelles, des films 16mm désintégrés aux écrans de télévision défectueux et transforme ces matériaux en œuvres contemporaines capturant la douceur et la grandeur.

Sonya Stefan est une artiste spécialisée en arts médiatiques et en danse dont le travail est soutenu par des projections analogiques (16mm|VHS), numériques (Sony a7S III) et Live Feedback.

Présentement en création avec la compagnie Petrikor Danse pour le projet Cuña, elle explore la ménopause à travers la cartographie vidéo du corps. Influencée par le film culte Flashdance, elle travaille également à la postproduction du film de danse « Truss Arch », qu’elle réalise avec sa mère de 80 ans, Angelica. La pièce aborde les thèmes de l’identité féminine, la politique, la filiation et la culture.

Ses plus récentes collaborations sont avec la compagnie de danse multimédia Animals of Distinction, le groupe de performance et de musique expérimentale Group A et le Newton Moraes Dance Theatre de Toronto.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.