Publicité

15 septembre 2020 - 06:00

De la part du Conseil des arts et des lettres du Québec

L’artiste Atikamekw Nikan Awashish reçoit la bourse Impulsion

Par Salle des nouvelles

Culture Mauricie a annoncé que le Conseil des arts et des lettres du Québec a accordé une bourse de 5 000 $, dans le cadre du programme Re-Connaître – Impulsion, à l’artiste atikamekw Nikan Awashish. La candidature de l’artiste a été déposée par Culture Mauricie.

Ce programme vise à offrir une première bourse à des artistes autochtones pour donner une impulsion à leur carrière. Nikan Awashish a été sélectionné par un jury composé de représentants autochtones expérimentés et reconnus.

L’auteur-compositeur-interprète représente la relève musicale de la communauté atikamekw d’Obedjiwan. Leader et fondateur du groupe Nikanik, il partage sa vie entre la musique et la nature, l’innovation et le savoir traditionnel.

Âgé de 24 ans, il compose ses chansons depuis plus de six ans. Il explique aimer la poésie et salue la force des mots. Nikan se démarque par sa persévérance et par l’assiduité avec laquelle il cherche à peaufiner son art et à éveiller les esprits. Par ses chansons, Nikan souhaite livrer un message d’espoir aux différentes communautés et inciter celles-ci à regarder vers l’avenir.

Nikan Awashish a participé aux deux éditions de Ki Wapamitonano, une formation pour la gestion de carrière artistique organisée par le Conseil de la Nation Atikamekw (CNA) et Culture Mauricie. C’est un artiste perçu comme avide d’échange et de partage qui poursuit sa quête de sens.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.