Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
24 avril 2018 - 10:30

L'exposition Du geste : processus et arrêts.

Le Centre culturel Pauline-Julien expose Angélique Ricard

Par Salle des nouvelles

Culture Trois-Rivières présente au Centre culturel Pauline- Julien, du 6 mai au 10 juin 2018, l’exposition Du geste : processus et arrêts de l’artiste Angélique Ricard.

Son projet d’exposition se veut une réflexion autour du geste originel des artistes et de son rapport instantané encore possible à la matière. Le progrès n’épargne pas le domaine des arts; les moyens d’expression sont démultipliés, les frontières entre les disciplines sont abolies, l’atelier devient une abstraction.

L’art peut être tout, partout et dans tout

En ce sens, elle répond par un rappel du geste essentiel, de la matérialité brute. Elle propose 15 tableaux qui témoignent de ses recherches récentes, lesquelles priorisent l’authenticité du geste créateur spontané, valorisent la matérialité et questionnent le réflexe anthropomorphique.

Étudiante au baccalauréat en arts visuels à l’Université du Québec à Trois-Rivières depuis 2014, le projet artistique qu’elle présente au

Centre culturel Pauline-Julien est une première exposition solo. En parallèle, Angélique Ricard a exploré la création littéraire.

En 2013, elle publiait un premier roman intitulé Parvenir à ses faims. En 2016, elle a reçu de la part de la Société des écrivains de la Mauricie le prix Clément-Marchand pour sa nouvelle Tout le monde est gentil.

Vous êtes cordialement invités au vernissage de l’exposition, le dimanche 6 mai à 14 h. Les heures d'ouverture de l'exposition sont les suivantes: Du jeudi au dimanche de 13 h à 17 h.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.