Publicité

12 janvier 2015 - 08:11

Philippe Bond fait éclater de rire Trois-Rivières

Anne-Sophie Bois

Par Anne-Sophie Bois, Journaliste

Twitter Anne-Sophie Bois

Les amateurs de Philippe Bond étaient très heureux de retrouver l’humoriste sur la scène de la salle J.-Antonio-Thompson les 9 et 10 janvier pour son deuxième spectacle: Philippe Bond 2.

La salle comble avait hâte d’entendre ses nouvelles histoires aussi farfelues les unes que les autres, mais aussi celles de ses amis. Leur immaturité (bien assumé!) est une ligne directrice du spectacle.

« Déjà? C’est terminé? » ont été les premiers mots entendus lorsque l’humoriste a remercié la foule après 1h30. Philippe Bond a cette capacité captiver la foule. Aucun temps mort, une ligne, une blague.

Le spectacle débute avec quelques mises en garde. Les cellulaires durant le spectacle, les photos douteuses à la fin, le fait que d’avoir payé un billet te permet de participer au spectacle…Tous des points qu’il a décidé d’approfondir avec son public à  la suite de sa première tournée.

Il enchaîne par la suite anecdotes par-dessus anecdotes. Tout y passe, ses anciens emplois, son début en tant qu’humoriste de la relève, un voyage entre amis, son célibat, sa crise de la trentaine, son ami Jean-Luc, ce grand gaillard, que tout le monde voudrait avoir dans sa vie... Lui-même avoue sur la scène que les histoires sont puisées dans sa propre vie et celles de son entourage, sans trop exagérer. Il se permet même quelques improvisations avec le public. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.