Publicité

12 janvier 2022 - 06:00

Un homme de 39 ans a été arrêté

11 armes prohibées saisies à Sainte-Ursule

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Une opération en matière de trafic d’armes prohibées a été réalisée lundi sur la rue Principale, à Sainte-Ursule.

Les policiers de l’Équipe d’enquête et de coordination sur le crime organisé (EECCO) Mauricie y ont pris part, en collaboration avec l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) en cohérence avec la stratégie provinciale CENTAURE.

La perquisition de la résidence a permis notamment de procéder à la saisie de 11 dispositifs prohibés d’armes à impulsion électrique et de trois bâtons télescopiques.

Un homme de 39 ans de Sainte-Ursule a été arrêté et libéré sur promesse à comparaître. Il doit revenir devant la justice à une date ultérieure en lien avec la possession et importation non autorisée de dispositifs prohibés.

Rappelons que la stratégie CENTAURE a pour mandat d’assurer une pression constante sur le crime organisé et ainsi, lutter activement contre le trafic d’armes à feu illégales au Québec. CENTAURE permet à la Sûreté du Québec ainsi qu’à tous les corps policiers partenaires de maximiser leurs efforts au niveau national, régional et local ciblant à la fois l’approvisionnement, l’importation, la distribution et la possession illégale d’armes à feu.

Toutes informations en lien avec la possession, le trafic ou l’utilisation d’armes à feu peuvent être communiquées à la ligne d’information CENTAURE au 1-833-888-ARME (2763).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.