Publicité

9 décembre 2021 - 13:00

Pour une 3e année

Travailleuse sociale en milieu policier à Trois-Rivières : le projet-pilote reconduit

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le projet-pilote visant l’implication d’une travailleuse sociale du CIUSSS MCQ au sein du corps de police de la Ville de Trois-Rivières sera reconduit pour une 3e année.

C’est ce qu’ont annoncé le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) et la Direction de la police de la Ville de Trois-Rivières (DPTR) qui travaillent de pair pour aider les gens aux prises avec des problématiques psychosociales.

La mission de la travailleuse sociale est d’aider ses collègues policiers à mieux comprendre les difficultés psychosociales des personnes requérant une assistance policière. Avec le consentement des usagers, l’échange d’information permet de favoriser l’arrimage des services en fonction des besoins spécifiques à chacun.

L’intervenante sociale agit donc aussi à titre d’agente de liaison pour diriger le citoyen vers la ressource d’aide appropriée.

« Le CIUSSS MCQ et la DPTR ont un objectif commun qui est de donner de l’aide à la population », rappelle Marylène Ménard, travailleuse sociale.

La venue de Mme Ménard a changé l’orientation du travail à la DPTR. Les policiers assurent un meilleur accompagnement en utilisant les connaissances acquises lors des formations offertes dans le cadre du projet. Cette pratique policière renouvelée réduit la récurrence des appels et des interventions.

« Marylène amène un nouveau visage au service de police. Son apport nous permet de comprendre davantage les problématiques psychosociales et d’être proactifs sur le terrain », mentionne l’inspectrice Stéphanie Marion de la police de Trois-Rivières.

Ce projet-pilote est financé à parts égales entre le CIUSSS MCQ et la DPTR. Un tel partenariat est d'ailleurs une première au Québec.

Une expertise partagée

Ces formations offertes aux policiers se veulent une seconde initiative née de cette collaboration entre les deux organisations.

En effet, 12 policiers reçoivent actuellement une formation continue spécifiquement axée sur les problématiques psychosociales. Une dizaine de professionnels à l’emploi du CIUSSS MCQ comme des psychoéducateurs et des psychiatres ont déjà partagé leur expertise aux policiers.

Les 12 policiers-ressources en interventions psychosociales (PRIP) sont répartis dans les 5 équipes appelées à la surveillance du territoire.

« Être PRIP apporte une vision différente. J’apprends à reconnaître davantage les fonctionnements et les mécanismes reliés aux problématiques psychosociales. Je suis plus en mesure d’établir un plan d’intervention », explique Véronique Gagnon, policière-ressource en interventions psychosociales.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.