Publicité

3 décembre 2021 - 08:30

Les occupants ont été arrêtés

Une saisie de drogues après l’incendie d’une résidence à Cap-de-la-Madeleine

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les policiers de Trois-Rivières ont effectué une perquisition en matière de stupéfiants hier à la suite d’un incendie survenu dans une résidence unifamiliale sur la rue Frontenac, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Après qu’il a été éteint, les préventionnistes ont constaté la présence de stupéfiants au sous-sol de la résidence et ont contacté les policiers, pour leur transmettre l’information.

Les enquêteurs, préalablement munis d’un mandat de perquisition, ont fouillé la résidence. La perquisition des lieux a permis de constater que les occupants des lieux s’adonnaient à la transformation de cannabis pour produire du hashish.

Les items suivants ont été saisis :

- 114 kilos de cannabis qui se trouvaient entreposés dans des congélateurs,

- 2,7 kilos de hashish,

- 5 kilos de cannabis emballé dans une dizaine de sacs, prêts pour la revente,

- Matériel de transformation

Les occupants des lieux, un homme de 40 ans et une femme de 34 ans ont été mis en état d’arrestation et conduits au quartier général, afin d’être rencontrés par les enquêteurs. Ils furent par la suite libérés par voie de sommation à comparaître et reviendront au tribunal à une date ultérieure.

Des accusations de possession de cannabis en vue d’en faire la vente, de possession de hashish dans le but de trafic et de production de hashish, seront portées à l’endroit du couple.

La Direction de la police de Trois-Rivières rappelle que toute personne voulant partager des renseignements, de façon confidentielle, peut le faire par le programme HALTE AU CRIME, en communiquant au numéro 819-691-2929 touche #7, ou directement sur le site internet du programme à l’adresse halteaucrime.v3r.net.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.