Publicité

8 octobre 2021 - 08:15

Plus de 50 policiers ont été mobilisés

Trafic de cocaïne : l’ERM Mauricie dresse un bilan de son opération

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les policiers de l’Escouade régionale mixte (ERM) Mauricie, en collaboration avec le Corps de police d’Abénakis, ont réalisé hier quatre perquisitions concernant des activités liées au trafic de cocaïne dans le secteur du Bas-Saint-François dans la MRC de Nicolet-Yamaska ainsi que sur le territoire autochtone d’Odanak.

Les policiers de l’ERM ont également procédé, en cours d’enquête, à deux arrestations de personnes qui seraient impliquées dans un réseau de trafic de stupéfiants.

Cette opération, qui découle d’une enquête amorcée à la suite d’informations reçues du public, a mobilisé plus de 50 policiers de différentes unités de la Sûreté du Québec, de la Direction de la police de Trois-Rivières ainsi que du Corps de police des Abénakis.

L’ensemble des perquisitions réalisées depuis le début du projet a permis jusqu’à maintenant la saisie de :

-deux armes de poing ainsi que leurs munitions;

-plus de 100 grammes de cocaïne;

-de la méthamphétamine, du cannabis et du crystal meth;

-une somme de plus de 80 000 en argent canadien;

-du matériel électronique de surveillance;

-divers documents.

L’enquête liée à ces perquisitions se poursuit.

Rappelons que les Escouades régionales mixtes (ERM) sont des partenariats entre services de police qui ont comme objectif une mise en commun des ressources pour mieux lutter contre le crime organisé, et ce, dans toutes les régions du Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.