Publicité

15 septembre 2021 - 09:41

Mise en place d'un projet pilote

Une nouvelle mesure pour sécuriser la rue de l'Église à Sainte-Geneviève-de-Batiscan

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Un projet pilote visant à améliorer la sécurité voit le jour sur la rue de l'Église, à Sainte-Geneviève-de-Batiscan.

C’est ce qu’ont annoncé le ministre des Transports, François Bonnardel, ainsi que la présidente du Conseil du trésor et députée de Champlain, Sonia LeBel.

Le ministère des Transports a procédé à l'application d'un nouveau type de marquage sur la chaussée. Celui-ci est situé sur la rue de l'Église, en direction sud, à la hauteur de la rue du Bocage, à la limite des zones de 80 km/h et de 50 km/h.

La zone de marquage, composée d'une série de bandes transversales, couvre une distance d'un peu moins de 100 mètres.

L'objectif de ce projet pilote est d'analyser l'influence d'un nouveau type de marquage sur le comportement des usagers de la route et d'évaluer le respect de la limite de vitesse affichée.

Ainsi, l'application d'une série de bandes transversales de plus en plus rapprochées de chaque côté de la voie de circulation crée l'illusion d'une accélération du véhicule afin de sensibiliser le conducteur à sa vitesse pratiquée.

« Je souhaite sincèrement que l'initiative qui sera implantée à Sainte-Geneviève-de-Batiscan influe positivement sur le comportement des usagers, souligne Mme LeBel. Je suis convaincue de l'importance de la prévention et j'espère que les automobilistes répondront favorablement à cette nouvelle approche. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.