Publicité

16 août 2021 - 18:00

En partenariat avec GDG Environnement

Cinquante nichoirs installés à Trois-Rivières pour préserver l’hirondelle bicolore

Par Catherine Deveault

En partenariat avec GDG Environnement, la Fondation Trois Rivières durable réalise un projet de conservation de la faune visant à préserver l’hirondelle bicolore sur le territoire trifluvien. Durant l’été, une cinquantaine de nichoirs ont été installés dans différents secteurs de la ville permettant de favoriser la nidification de cet oiseau champêtre qui peine à se contenter des sites naturels en diminution.

Ensemble, les partenaires ont assuré un suivi régulier des  installations afin dedocumenter le taux d’occupation, la présence de nids, d’œufs et de jeunes.   

Voyant sa population décliner depuis plusieurs années, l’hirondelle bicolore est identifiée comme une priorité de conservation par de nombreuses stratégies régionales de conservation des oiseaux au  Canada. À l’échelle locale, la réalisation de ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie de conservation des milieux naturels de Trois-Rivières identifiant également les habitats des oiseaux champêtres comme une de ces cibles de conservation. 

Les oiseaux champêtres offrent de nombreux services écologiques bénéfiques pour les communautés environnantes. Leur abondance sur le territoire trifluvien est notamment nécessaire à la pollinisation des plantes ainsi qu'à la réduction des insectes nuisibles aux cultures et à l'humain. La pose de nichoirs favorise la préservation de leur espèce et permet d'assurer ces services écologiques. Ce projet vise davantage les hirondelles bicolores puisque ces dernières s'accommodent bien de nichoirs artificiels. 

Résultats du projet 

Selon les observations des membres des équipes terrain de la Fondation Trois-Rivières durable et de GDG Environnement, treize des cinquante nichoirs ont été occupés durant la période estivale. On explique ce taux d’occupation par le délai d’installation des cinquante nichoirs n’ayant rendu  accessible la totalité des sites qu’à la mi-mai, soit peu après la période de nidification de l’hirondelle bicolore. Les partenaires se réjouissent tout de même de la réponse positive de l’espèce face à l’installation. Quatre oisillons ont été repérés dans un nichoir et des œufs ont été aperçus dans deux autres sites. Comme les nichoirs seront laissés sur place pour les prochaines années, on ne peut qu’espérer un taux d’occupation grandissant pour la prochaine période de nidification.  

C’est grâce au soutien financier de GDG Environnement qu’il a été possible pour la Fondation Trois Rivières durable de réaliser ce projet de conservation de la faune s’inscrivant dans la Stratégie de conservation des milieux naturels de Trois-Rivières. Les résultats prometteurs de l’installation de ces  nichoirs encouragent les partenaires à discuter d’un renouvellement de collaboration pour déployer une deuxième phase à ce projet.  

« Le développement durable est au coeur des préoccupations de GDG environnement et fait partie  intégrale de notre mission d’amélioration de la qualité de vie, dont l'environnement fait partie. La  participation à ce programme de « nichoirs » était donc naturelle pour l’équipe de biologistes et à la  lumière des premiers résultats forts encourageants, nous pouvons déjà assurer notre partenaire de  longue date du renouvellement de nos engagements dans le futur. »

- Patrice Thibeault,  directeur de projets chez GDG Environnement

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.