Publicité

10 août 2021 - 15:30

Dès le 1er septembre

Québec dévoile les grands principes du passeport vaccinal

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Le passeport vaccinal fera progressivement son entrée au Québec dans les prochaines semaines avec une implantation complète le 1er septembre prochain dans les lieux à haut risque de transmission du coronavirus, tels que les restaurants, les bars, salles de sport, et événements grand public. 

« Étant donné la hausse récente des cas, l’automne qui s’en vient avec la rentrée et la prévalence du variant Delta, les conditions sont réunies pour déployer le passeport vaccinal comme l’a annoncé le premier ministre la semaine dernière », indique le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en point de presse ce mardi. 

Québec tente d'éviter à tout prix de confiner à nouveau les commerces et les écoles dans certains régions et de voir la situation dégénérer dans les hôpitaux. « On ne peut pas se permettre encore de délestage », déclare M. Dubé. 

Le gouvernement souhaite toutefois procéder à une implantation graduelle du passeport en profitant des semaines qui restent jusqu’au 1er septembre, date officielle de son entrée en vigueur, afin d’en tester son bon fonctionnement avant un lancement à l’échelle nationale. 

Même si les travaux sont déjà bien avancés selon M. Dubé, des projets-pilotes débuteront dès demain, notamment à La Cage Brasserie Sportive du centre Lebourgneuf de Québec du 11 au 12 août, ainsi qu’au gym Éconofitness Vimont à Laval la semaine suivante. Des bars se sont également portés volontaires. 

« Ces trois projets-pilotes vont pouvoir nous permettre dans les prochaines semaines de faire des ajustements nécessaires à la mécanique d’application et donner le temps aux lieux touchés d’être capable de voir comment ils vont l’appliquer », ajoute-t-il.

M. Dubé précise que des discussions ont lieu avec les différentes associations du secteur économique et autres représentants, dans le but de s’assurer que tout soit bien coordonné.

Dans des lieux à haut risque

La liste des endroits touchés sera publiée dans la semaine du 23 août. Il est cependant possible de confirmer que le passeport vaccinal sera obliger les restaurants, les bars, les salles de sport et les événements grand public pour ne nommer que ceux-ci. 

« Notre objectif est que le passeport vaccinal permette aux personnes adéquatement vaccinées d’avoir accès aux événements publics à fort achalandage et aux activités à haut taux de contact de socialisation qui je le dis bien sont non essentielles », assure M. Dubé. 

Québec évalue actuellement la possibilité de l’obliger sur les lieux de travail, ainsi que dans les lieux de culte. La question de demander le passeport vaccinal dans les établissements scolaires n'est pas envisagée, mais M. Dubé préfère laisser le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, annoncer les modalités de la rentrée scolaire lors d'un point de presse tenu demain. La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, devrait également faire de même bientôt. 

Il rappelle que cette application mobile sera gratuite et disponible sur tous les appareils. Des preuves papier seront aussi possibles pour les personnes n’ayant pas de téléphone intelligent.

M. Dubé rapporte que près de 90 % des gens adéquatement vaccinés ont déjà demandé leur preuve vaccinale. 

Les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales devront quant à elles attendre une deuxième version de l'application mobile au cours du mois de septembre. La Santé publique regarde actuellement comment cela pourrait s'organiser avec entre autres un billet médical. 

Situation épidémiologique inquiétante

« Je me doute que les Québécois ne sont pas excités d’entendre parler de COVID en plein milieu du mois d’août, mais malheureusement le virus lui ne prend pas de vacances et on doit se préparer pour la rentrée », a expliqué d'entrée de jeu le ministre de la Santé.

La province voit une hausse des nouvelles infections depuis près de deux semaines et plus récemment une augmentation des hospitalisations. 

M. Dubé se dit particulièrement inquiet avec le variant Delta, plus contagieux et dangereux. « Le premier ministre l’a dit la semaine dernière, la quatrième vague, elle est inévitable. Le Québec, malgré tout le travail qui a été fait au cours des derniers mois, ne pourra pas y échapper », prévoit le ministre. Il souhaite limiter le plus possible les impacts de cette flambée des cas dans les hôpitaux.

La situation épidémiologique actuelle force ainsi le gouvernement à recommencer ses points de presse hebdomadaires.

Vaccination rassurante 

Même si le vaccin n’est pas entièrement efficace contre la COVID-19, Christian Dubé a rappelé l’importance d’aller se faire vacciner. 

Il se réjouissait par ailleurs de la participation des Québécois à cet effort collectif. À ce jour, un total de 6,3 millions de personnes a reçu au moins une première dose, ce qui représente une couverture vaccinale de 84%, tandis que 5,2 millions, 70%, sont adéquatement vaccinés. 

M. Dubé a alors l’objectif de vacciner 1,1 million de Québécois dans les 20 prochains jours, avant le 31 août, pour avoir plus de 8 personnes sur 10 immunisées. « Si on atteint cet objectif et on est très proche de l’atteindre, nous ferons partie des lieux les plus vaccinés au monde », projette-t-il. 

Le ministre de la Santé était aussi enchanté de voir que chaque jour, de 8000 à 10 000 personnes prennent encore des rendez-vous pour une première dose. « C’est très encourageant », mentionne-t-il. Les jeunes adultes, qui participent le moins à la vaccination, ont atteint les 70% récemment. 

« Je le répète, j’invite les Québécois qui ne l’ont pas déjà fait de profiter du reste du mois d’août pour aller chercher leurs deux doses du vaccin. On va être clair, n’attendez pas de frapper un mur en septembre, faites-vous vacciner s’il vous plait et devancer votre rendez-vous pour votre deuxième dose s’il est après le 1er septembre », conclut-il le point presse, qui aura d’ailleurs été interrompu quelques minutes pendant la période de questions par un homme contre les mesures sanitaires en pénétrant dans la salle. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.