Publicité

28 juin 2021 - 15:00

Une station UNICOM approuvée aux instruments

Implantation d'instruments GPS à l’aéroport de La Tuque

Par Catherine Deveault

Depuis 3 ans, l’équipe de Ville de La Tuque travaille à implanter l’approche aux instruments GPS à l’aéroport de l’agglomération de La Tuque, un service très important pour permettre aux avions d’atterrir même lorsque la visibilité n’est pas optimale, que la municipalité avait perdu il y a quelques années, parce que son aéroport ne répondait plus aux normes de Nav Canada.

Depuis le 17 juin, l’équipe municipale peut dire mission accomplie, car l’approche aux instruments GPS à l’aéroport de La Tuque est fonctionnelle, incluant une station UNICOM approuvée aux instruments.

Bien que cette étape importante a été franchie il y a quelques jours, il reste encore beaucoup de travail à faire pour l’équipe municipale, afin de développer le potentiel de l’aéroport de La Tuque. Pour permettre l’approche aux instruments GPS à l’aéroport, des arbres ont dû être coupés sur les terrains privés de l’entreprise Gestion Rémabec, ainsi que sur les terrains municipaux occupés par le Club de ski de fond La Tuque Rouge, afin de répondre aux exigences de Nav Canada.

Encore beaucoup de travail 

Les travaux de déboisement sont terminés depuis le 31 mai, toutefois il reste à broyer les résidus, épandre les copeaux et niveler le terrain, des travaux qui seront réalisés au cours des prochaines semaines pendant l’été.

La municipalité est également en discussion avec le syndicat des producteurs de bois pour le reboisement des terrains utilisés par le Club de ski de fond La Tuque Rouge avec des essences dont la croissance ne nuira pas aux activités de l’aéroport. La municipalité s’est également engagée à refaire le tracé de l’une des pistes de ski de fond pour limiter l’impact de la coupe des arbres en lien avec le projet de l’aéroport.

L’équipe municipale doit aussi prévoir dans les prochains mois le démantèlement de l’ancienne tour de diffusion du signal d’approche radio située près du boulevard Ducharme.

Investissement de la Ville

Ville de La Tuque a également l’intention d’investir dans son aéroport principal pour répondre aux besoins des utilisateurs en offrant de meilleurs services et en mettant en place des conditions favorables à l’évacuation médicale par l’avion-hôpital. Pour y arriver, un projet détaillé totalisant 9,6 M $ a été déposé au ministère des Transports du Québec via le programme d’aide québécois pour les infrastructures aéroportuaires régionales (PAQIAR).

Cette aide financière pouvant atteindre 90 % de la demande est essentielle à la réalisation du projet, qui comprend notamment la réfection complète de la piste de l’aéroport incluant la fondation, le pavage et l’éclairage de la piste.

Dans l’attente de réponses à ses demandes de financement, la municipalité a l’intention de continuer dès cet été, certains travaux d’amélioration, dont l’implantation d’une station météo automatisée qui pourra diffuser en temps réel sur le Web les données météo de base, ainsi que le plafond nuageux aux pilotes qui désirent atterrir à l’aéroport de La Tuque et permettre d’inscrire dans leur plan de vol cette destination ou comme aéroport de déroutement sécuritaire.

« Je suis très heureux que Ville de La Tuque investisse dans son aéroport, car c’est un actif public important pour le développement de notre agglomération. Les pilotes aiment La Tuque, mais plusieurs ne venaient plus parce qu’ils ne pouvaient pas avoir recours à l’approche aux instruments GPS. J’espère que tous les projets que nous avons en tête pourront se réaliser pour qu’on puisse offrir encore plus de services que ce nous avons actuellement, car la demande est là », souligne Claude Hamel, Air aviation, gestionnaire de l’aéroport de La Tuque et de l’aérogare Gaston-Hamel

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.