Publicité

29 mars 2021 - 10:00

Shawinigan a obtenu une subvention de plus de 3,5 M$ de Québec et Ottawa

La réfection de la piscine et du chalet du parc Antoine-St-Onge ira de l’avant

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Ville de Shawinigan a reçu la confirmation d’une aide financière de plus de 3,5 millions de dollars, des gouvernements du Québec et du Canada pour la réfection de la piscine et du chalet de service du parc Antoine-St-Onge.

Ce soutien provient du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS) qui permet de financer à 66 % ce projet évalué à près de 5,3 millions de dollars.

« Je veux remercier nos députés, Marie-Louise Tardif et François-Philippe Champagne, pour leur appui », souligne le maire Michel Angers. Ces installations se situent au cœur d’un quartier à forte densité familiale et elles sont appréciées par nos citoyens jeunes et moins jeunes. »

Les travaux vont consister à offrir un nouvel espace de baignade.

Il comprend la démolition de la piscine existante et la reconstruction d’un complexe aquatique extérieur mieux adapté aux besoins d’aujourd’hui.

De plus, ce projet va permettre de mettre en valeur un bel édifice qui présente une valeur patrimoniale supérieure.

« On va procéder à une rénovation complète de l’enveloppe extérieure du chalet de service du parc. C’est un joyau pour notre Ville et un bel héritage pour notre population », reconnaît Jean-Yves Tremblay, conseiller du district des Hêtres et président du Comité local du patrimoine.

Le chalet de service a été conçu par l’architecte Jules Caron et il a été inauguré en 1940.

Depuis ce temps, quelques travaux mineurs de rénovation ont été effectués en 1980 et une remise à neuf de la toiture a été réalisée en 2011.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.