Publicité

24 mars 2021 - 11:00

La souche provient du Royaume-Uni

Un premier cas de variant de la COVID-19 confirmé dans la région

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) atteste qu’un cas du variant de la COVID-19 a été confirmé sur son territoire.

À la suite d'un résultat positif au criblage dans ses laboratoires, le Laboratoire national de santé publique (LNSP) a validé la présence d’un cas de la souche du Royaume-Uni en Mauricie.

Au cours des dernières semaines, les équipes ont identifié 26 cas de variants présomptifs sur l’ensemble du territoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec qui sont en attente d’une confirmation du LNSP pour déterminer si ce sont des variants sous surveillance rehaussée.

Considérant les risques associés aux variants sous surveillance rehaussée (souches du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud et du Brésil) et aux connaissances actuelles qui démontrent qu’ils sont plus contagieux, la Direction de santé publique et responsabilité populationnelle (DSPRP) a adopté une approche prudente et interventionniste.

Ainsi, chaque cas présomptif est considéré comme un variant et est géré comme tel.

Mesures additionnelles

Des mesures additionnelles ont donc déjà été appliquées à l’ensemble des cas présomptifs de notre région, soit :

• L’isolement des personnes positives, de leurs maisonnées et de leurs contacts.

• L’isolement des contacts domiciliaires des contacts jusqu’au résultat du test de dépistage;

• L’inclusion des contacts à risque faible comme contacts significatifs;

• Le dépistage à deux reprises pour les contacts de variants (un second dépistage est demandé 48 heures avant la levée de l’isolement);

• La fermeture temporaire du lieu de travail ou de l’école, si applicable.

Ces mesures sont mises en place dès la présence d’un cas présomptif de variant, en attendant la confirmation du LNSP. Cette confirmation n’entraîne donc pas de mesure supplémentaire.

Rappelons qu’au cours des dernières semaines, des variants ont été confirmés dans plusieurs régions du Québec. Il s’agit principalement des lignées du Royaume-Uni et de l’Afrique du Sud.

Le respect des mesures : un rôle clé

Bien que la situation dans la région soit encourageante, la présence de variants fait en sorte qu’elle pourrait se détériorer. En raison de leur contagiosité, il est d’autant plus important de respecter les mesures en vigueur et de demeurer vigilant en tout temps.

« Les mesures de base que l’on a tous appris à intégrer à nos vies, comme la distanciation sociale, le lavage des mains et le port du masque, sont également efficaces contre les variants. Je demande donc la collaboration de la population pour poursuivre ses efforts pour respecter les mesures en vigueur », souligne Dre Marie Josée Godi, directrice de santé publique du CIUSSS MCQ.

Toute personne qui présente des symptômes, aussi légers soient-ils, est également invitée à procéder à un test de dépistage.

Il est possible de prendre rendez-vous au cv19quebec.ca ou par téléphone au 1 877 644-4545.

Mentionnons que pour s’assurer d’identifier le plus rapidement possible d’éventuels variants dans la région, l’entièreté des résultats positifs à la COVID-19 est soumise à un test de criblage, et ce, ici même en Mauricie et Centre-du-Québec, ce qui témoigne de l’expertise des équipes de laboratoires.

Les échantillons positifs au criblage sont ensuite envoyés au Laboratoire national de santé publique pour confirmer s’il s’agit d’un variant sous surveillance rehaussée et à quelle lignée il appartient.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.