Publicité

18 mars 2021 - 10:00

Une perquisition a eu lieu dans son domicile de l’avenue Cloutier

Drogues, tabac de contrebande et pistolets : un homme de 54 ans arrêté à Shawinigan

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les policiers du poste de la ville de Shawinigan, en collaboration avec la Division des enquêtes et de la coordination sur le crime organisé en Mauricie, ont effectué une perquisition en matière de stupéfiants hier dans une résidence de l’avenue Cloutier, à Shawinigan.

L’occupant de l’endroit, un homme de 54 ans a été arrêté.

Il a comparu par voie téléphonique pour des accusations de possession de stupéfiants en vue de trafic, de possession de cannabis illégal en vue de trafic, de possession d’arme prohibée et d’omission de se conformer à des conditions.

Il a également commis des infractions à la Loi concernant l’impôt sur le tabac.

Sur place, les policiers ont saisi :

- Plus de 300 grammes de cannabis;

- Près de 100 grammes de haschich;

- Près de 150 comprimés de métamphétamine;

- Plus de 5 grammes de cocaïne;

- Plus de 6 500 dollars en devises canadiennes;

- Près de 2 000 cigarettes de contrebande;

- Un pistolet à décharge électrique;

- Un pistolet à air comprimé.

La police rappelle que toute information relative à un événement criminel peut être communiquée en tout temps et de manière confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.