Publicité

17 mars 2021 - 10:00

Un arrêt d’autobus temporaire est ajouté

Vaccination : la STTR facilitera l’accès à la Bâtisse industrielle

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Société de transport de Trois-Rivières (STTR) informe la population qu’elle ajoutera un arrêt d’autobus temporaire situé près de la Bâtisse industrielle pour faciliter l’accès à la clinique de vaccination contre la COVID-19.

Celui-ci sera installé dès aujourd’hui sur la rue Papineau, à la hauteur du stationnement.

En empruntant la ligne 4, les usagers du transport en commun pourront donc débarquer à quelques mètres seulement de la clinique pendant la semaine.

Cette initiative est le fruit d’une collaboration avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

« Le CIUSSS MCQ et la STTR ont la volonté commune d’unir leurs efforts dans la lutte au coronavirus. Nous avons répondu présents lorsque nous avons été sollicités pour transformer nos autobus en cliniques de dépistage mobiles et nous continuons notre collaboration aujourd’hui en facilitant l’accès à la clinique de vaccination. De plus, l’ajout d’un arrêt temporaire se veut une solution pragmatique qui peut être déployée immédiatement et sans coût additionnel. Nous espérons maintenant que les usagers seront nombreux à utiliser le nouvel arrêt », explique Charles-Hugo Normand, directeur des communications et des partenariats à la STTR.

« L'ajout de cet arrêt d'autobus facilitera l'accès à la clinique de vaccination de Trois-Rivières pour la population. C'est une très bonne nouvelle. Nous remercions la Ville de Trois-Rivières et la Société de transport de Trois-Rivières qui sont pour nous des partenaires essentiels dans cette lutte contre la COVID-19 », souligne Gilles Hudon, président-directeur général adjoint au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.