Publicité

18 janvier 2021 - 08:50 | Mis à jour : 08:54

L’homme de 37 ans demeurera derrière les barreaux d’ici sa comparution mercredi

Trafic de stupéfiants : un récidiviste arrêté à Trois-Rivières reste détenu

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les enquêteurs de la police de Trois-Rivières ont procédé à l’arrestation d’un récidiviste en matière de vente de stupéfiants qui restera détenu jusqu’à son retour devant le tribunal ce mercredi 20 janvier.

Le 24 novembre dernier, les patrouilleurs avaient procédé à l’arrestation de l’individu de 37 ans à la suite d’une interception.

Les policiers avaient retrouvé du « crack » à l’intérieur de son véhicule.

Une perquisition menée à son domicile avait aussi permis aux enquêteurs de retrouver de la cocaïne.

Des accusations de trafic de stupéfiants furent portées et le suspect avait été libéré avec une promesse de comparaître. De récentes informations à l’effet que l’individu poursuivait ses activités de ventes de stupéfiants ont toutefois amené les enquêteurs à établir une surveillance de celui-ci.

Ainsi, le mercredi 13 janvier, les enquêteurs ont procédé à l’arrestation du suspect alors qu’il effectuait une transaction dans le stationnement d’une station-service du secteur Cap-de-la-Madeleine.

Lors de son arrestation, l’individu était en possession de près de 9 grammes de « crack » ainsi que des items liés à la vente de stupéfiants.

Munis d’un mandat de perquisition pour sa résidence, les enquêteurs ont procédé à la saisie de certaines quantités de « crack », de cannabis illicite, de GHB, ainsi que d’autres items reliés au trafic de stupéfiants.

Le suspect, Dave Lebel, a comparu jeudi dernier sous de multiples accusations, dont trafic et possession aux fins de trafic de crack, possession de GHB, possession de cannabis illicite, bris de condition, recel et conduite avec les capacités affaiblies par la drogue.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.