Publicité

22 décembre 2020 - 13:30

Le suspect dit à ses victimes qu’elles ont des amendes impayées et exige un paiement sur le champ

Des appels frauduleux impliquant la Cour municipale de Trois-Rivières

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La police de Trois-Rivières désire informer la population de certains appels frauduleux logés auprès de citoyens, impliquant la Cour municipale.

Des citoyens auraient été contactés récemment par un individu prétextant être un employé de la Cour municipale de Trois-Rivières.

Le suspect aurait mentionné à ses victimes qu’elles avaient des amendes impayées et exigeait un paiement sur le champ. Il semble qu’il aurait été très insistant, allant même jusqu’à insulter ses interlocuteurs.

Lors de ces appels, l’afficheur indiquait faussement le numéro de téléphone de la Cour municipale.

Ce stratagème est utilisé également par des fraudeurs prétextant être à la solde d’organismes publics tels; le gouvernement fédéral ou provincial, la GRC ou des agences de recouvrement. Le modus operandi est cependant le même.

Sous pression, les suspects incitent les victimes à effectuer un paiement rapidement par virement bancaire ou par l’achat de cartes de services, dont les numéros seront transmis aux fraudeurs.

Si quelqu’un vous appelle et prétend représenter un organisme public, vous pouvez vérifier s’il s’agit d’une communication officielle. Par exemple, si la personne prétend représenter la Cour municipale de Trois-Rivières, vous pouvez lui demander son nom et son lieu de travail. Vous pouvez ensuite lui dire que vous voulez vérifier son identité.

La police de Trois-Rivières rappelle de ne jamais donner suite dans l’immédiat à de telles demandes. Les citoyens devraient plutôt contacter les représentants officiels des agences impliquées en recherchant eux-mêmes les coordonnées réelles de celle-ci. Ainsi, un véritable employé sera en mesure de les renseigner sur le bien-fondé de la demande.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.