Publicité

8 décembre 2020 - 14:57

L’expert et professeur de l’UQTR obtient un soutien financier du CRSH

Marc Alain reçoit 374 900 $ pour étudier la police de la police

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

L’expert et professeur de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) Marc Alain recevra 374 900 $ pour étudier la police de la police.

Dans bon nombre de pays démocratiques bien établis, les services de police bénéficient de ressources et de pouvoirs accrus pour lutter contre la criminalité, le terrorisme et autre menace visant la population. Mais quelles sont les responsabilités des forces policières en matière de gestion, d’évaluation et reddition de comptes envers ces mêmes populations qu’elles ont le mandat de protéger?

C’est sur cette question que se penchera M. Alain, bien connu pour ses recherches dans le milieu policier depuis une trentaine d’années.

Ce soutien financier provient du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), grâce au concours Open Research Area 6, pour une étude qui lui permettra d’analyser les façons de faire des forces policières québécoises et canadiennes.

D’une durée de trois ans, cette démarche du professeur Alain s’inscrit dans le projet Police Accountability towards international standard (POLACS) qui permet à une vingtaine d’experts provenant du Canada, de la France, de l’Angleterre, de l’Allemagne et du Japon de comparer leurs façons de faire et leur efficacité.

Projet POLACS

Plus précisément, le projet POLACS analyse les leviers en place pour enquêter sur le travail policier comme le font les organismes de surveillance externes indépendants, les procédures de plaintes contre la police et autres processus semblables.

« Je m’intéresse depuis longtemps aux rapports que la police a avec le public. En tant que société, nous avons fait le choix de confier aux policiers des pouvoirs que le simple citoyen n’a pas. Avec ces pouvoirs viennent des responsabilités et une exigence de transparence avec le public. Les pays avec lesquels nous travaillons partagent cette vision, mais les façons de faire sont très différentes. Nous avons beaucoup à apprendre en partageant nos expériences », explique Marc Alain.

Différentes instances connues au Québec, telles que le Commissaire à la déontologie policière et le Bureau des enquêtes indépendantes, assurent une certaine reddition de comptes et légitimité du travail policier envers la population.

La recherche universitaire sur leur fonctionnement et la façon de communiquer leurs décisions se fait toutefois très rare selon le professeur Marc Alain.

« Notre travail permettra le développement de normes et de cadres internationaux, ce qui aidera également à promouvoir la recherche dans les pays avec des structures de plaintes beaucoup plus faibles. Cela facilitera l’intégration de ces pays dans de futurs débats universitaires sur le sujet », conclut-il.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.