Publicité

2 décembre 2020 - 11:00

Magasinage des Fêtes

Geneviève Guilbault annonce un renforcement des règles sanitaires dans les commerces

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

La vice-première ministre Geneviève Guilbault a annoncé aujourd'hui un renforcement des règles sanitaires dans les magasins et les centres commerciaux en lien avec l'achalandage du temps des Fêtes. 

À partir de ce vendredi 4 décembre, les magasins et les centres commerciaux auront l'obligation de limiter leurs capacités d'accueil. Calculée en fonction de la superficie de l'établissement, la loi autorise un client par 20m2. Cette capacité devra être affichée clairement à l'entrée du commerce.

Il en sera également de la responsabilité du propriétaire des lieux de faire respecter le port du couvre visage et la distanciation de deux mètres, avec de la signalisation et de l'affichage, notamment pour les files d'attente. 

« Je tiens à souligner que plusieurs magasins respectent déjà ces règles, je les félicite et les remercie. Mais on veut uniformiser l'application de ses mesures. On veut que les commerces restent ouverts alors c'est pour cela qu'on leur demande ce compromis aujourd'hui », a exprimé la vice-première ministre.

Les inspecteurs de la CNESST et les policiers intensifieront leur présence et les contrôles durant cette période intense de magasinage. Les sanctions peuvent aller de 1 000 à 6 000 $. 

En cas de non-respect de ses mesures après plusieurs avertissements, la Direction de la santé publique est en capacité de demander la fermeture d'un commerce.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.