Publicité

18 novembre 2020 - 16:00

Des informations erronées ont circulé dans les dernières heures

Les rassemblements de 250 personnes ne sont pas permis en zone rouge, rappelle Québec

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le ministère de la Santé et des Services sociaux tient à rappeler que les rassemblements sont toujours interdits dans les salles louées et les salles communautaires dans les régions se trouvant en zone rouge, comme la Mauricie.

Il en va de même pour les auditoires et audiences dans un lieu public intérieur.

Québec souligne que cette précision est importante à la suite d'informations erronées ayant circulé dans les dernières heures.

L’arrêté ministériel du 22 octobre dernier stipule que les rassemblements en zone rouge ne sont autorisés que pour des situations spécifiques exceptionnelles et très rares pour assurer une continuité de différents secteurs de la société.

Il est important de souligner :

• qu'aucune activité liée au tourisme d'affaires ne peut avoir lieu, ce qui inclut par exemple les congrès, les réunions d'entreprises non essentielles et qui peuvent se dérouler en mode virtuel, les expositions commerciales et les voyages de motivation;

• que seules les activités organisées nécessaires et même essentielles à la poursuite des activités d'une organisation publique ou privée pourraient être autorisées dans des situations très rares et exceptionnelles.

Le nombre de personnes présentes doit être limité au minimum nécessaire et une distance de deux mètres doit être gardée entre les personnes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.