Publicité

17 novembre 2020 - 16:29

Ils ont avoué avoir déchargé un pistolet à plomb sur les vitres

2 jeunes arrêtés pour la série de méfaits sur 8 abris-bus de la STTR

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les enquêteurs de la police de Trois-Rivières ont procédé à l’arrestation de deux suspects pour des méfaits sur des abris-bus de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR).

Le 5 novembre en soirée, une série de méfaits furent commis sur plusieurs abribus et dans plusieurs secteurs de la ville.

Un total de huit abris-bus totalisant pas moins de 17 vitres éclatées furent recensés par les policiers.

Des témoins avaient mentionné avoir observé un véhicule Honda, de couleur grise lors de la commission de certains méfaits. Un ratissage effectué par les policiers n’avait cependant pas permis de localiser le véhicule suspect.

Le 12 novembre dernier, un suspect a toutefois communiqué au Service de police, mentionnant sa participation aux événements.

Celui-ci, ainsi que son complice, a été rencontré par les enquêteurs. Ils ont affirmé être les auteurs des méfaits commis sur les abris-bus, en déchargeant un pistolet à plomb sur ceux-ci.

Les deux hommes, âgés de 23 et 21 ans, furent libérés par voie de sommation à comparaître et devront se présenter au palais de justice à une date ultérieure.

La police de Trois-Rivières rappelle que toute personne voulant partager des renseignements, de façon confidentielle, peut le faire par le programme HALTE AU CRIME, en communiquant au numéro 819-691-2929 touche #7, ou directement sur le site internet du programme à l’adresse halteaucrime.v3r.net.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.