Publicité

16 novembre 2020 - 08:30

Des faux appels ont été logés aux policiers de la SQ

2 arrestations pour des méfaits publics perpétrés notamment à Trois-Rivières

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Division des enquêtes sur la cybercriminalité de la Sûreté du Québec a procédé dernièrement à deux arrestations et à deux perquisitions à Gatineau, en matière de méfait public visant de faux appels logés, entre autres, dans les centres d’appels de la Sûreté du Québec de Trois-Rivières, Sherbrooke et Gatineau.

Deux hommes âgés de 19 et 20 ans ont été arrêtés à leur résidence respective. Ils ont tous deux été libérés et devront revenir à la Cour à une date ultérieure, pour la suite des procédures.

Ces personnes pourraient faire face à des accusations de méfait public.

Ces deux individus utilisaient différentes plateformes informatiques permettant de créer de faux appels entre deux interlocuteurs ; par exemple entre un service d’urgence et un citoyen. Les deux interlocuteurs croyants ainsi avoir été appelés par l’autre partie.

Au cours de ces perquisitions, les policiers ont saisi du matériel informatique et du matériel de téléphonie cellulaire. Ces appareils électroniques seront analysés par les enquêteurs de la Division technologique de la Sûreté du Québec.

La Sûreté du Québec rappelle que quiconque avec l’intention de tromper amène un agent de la paix à commencer ou continuer une enquête commet une infraction criminelle.

Toute information relativement aux agissements de ces deux jeunes hommes ou à un stratagème similaire, peut être communiquée en tout temps, de façon confidentielle, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.