Publicité

12 novembre 2020 - 11:31 | Mis à jour : 15:33

Ses proches ont des raisons de craindre pour sa santé et sa sécurité.

Cette jeune femme de Nicolet est portée disparue et la police demande votre aide pour la retracer

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Sûreté du Québec demande l’aide du public pour retrouver Saviluk Jessica Gentes, 22 ans, de Nicolet.

La dernière fois qu’elle a été vue, elle se trouvait dans le secteur du rang Saint-Joseph, à Sainte-Perpétue, vers 2 h 30 la nuit dernière.

Elle pourrait se trouver à Sainte-Perpétue ou les environs.

Ses proches ont des raisons de craindre pour sa santé et sa sécurité.

Description

Taille : 1,53 m (5 pi)

Cheveux : Bruns Yeux : Verts

Particularité : Elle s’exprime en français et anglais.

La dernière fois qu’elle a été vue, la jeune femme portait un manteau de couleur lilas et bleu, des jeans bleus ainsi que des chaussures noires avec un logo Nike blanc

Elle pourrait aussi porter un chandail Kangourou de couleur bourgogne ou noire et avoir avec elle un sac à main en coton gris avec des motifs de petits pois gris foncés. Il y a une pochette brune en cuir à l'avant et la ganse en bandouillère est en nylon.

Toute personne qui apercevrait Saviluk Jessica Gentes est priée de communiquer avec le 911.

De plus, toute information pouvant permettre de retrouver cette personne peut être communiquée, confidentiellement, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.