Publicité

10 novembre 2020 - 09:30

Ça permet de contourner la concurrence déloyale menée par les géants du Web

La cueillette en magasin plutôt que la poste, la meilleure manière de soutenir votre libraire

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Pour éliminer le stress lié aux délais de livraison postale et vous assurer de recevoir vos livres à temps pour les Fêtes, les libraires indépendants du Québec vous invitent, lorsque vous optez pour une commande en ligne, à passer en magasin pour ramasser votre colis.

Vous ferez ainsi une pierre deux coups en encourageant l'achat local tout en évitant l'angoisse d'un paquet qui n'arrive pas en raison d'un trop fort volume à traiter par les compagnies de livraison.

Pour le consommateur, il suffit de se rendre sur le site Leslibraires.ca et d'entrer son code postal pour sélectionner le libraire le plus près de chez lui et de commander les livres désirés. Plutôt que d'opter pour la livraison postale, le client choisit la cueillette en magasin.

Il y a aussi la possibilité de passer en boutique et d'échanger avec nos libraires qui se feront un plaisir de vous conseiller afin d'offrir le bon livre à la bonne personne.

La cueillette en magasin permet de contourner la concurrence déloyale menée par les géants du Web, tel Amazon, qui peuvent se permettre d'effectuer à perte la livraison. Aucun profit n'est fait sur cette transaction, mais ça permet d'attirer les clients sur son site en espérant qu'ils procèdent à d'autres achats.

Pour les libraires indépendants, la vente de livres est l'unique source de revenus, alors ils ne peuvent se permettre de vendre à perte.

Depuis le début de la pandémie, les libraires ont connu à certains moments une hausse de 1 300 % de leurs ventes en ligne, et pourtant, la rentabilité n'est pas au rendez-vous.

Frais de livraison

Cette situation est essentiellement attribuable aux frais de livraison liés aux envois postaux qui atteignent près de 15 % du prix de la commande en ligne et grugent en bonne partie les profits réalisés.

Ce sont ces frais importants avec lesquels les libraires indépendants doivent composer pour demeurer compétitifs, mais qui les empêchent de lutter à armes égales contre des géants, comme Amazon.

« Les librairies sont des lieux où vous pouvez vous évader en ces temps difficiles, et ce, en toute sécurité grâce aux mesures sanitaires qui ont été mises en place. Une visite auprès de votre libraire est un petit moment de répit pour faire le plein de livres qui sauront vous changer les idées une fois à la maison. Nos libraires sont présents pour vous guider dans vos achats et vous permettre de mettre la main sur des bouquins qui correspondent à vos goûts. Cet échange avec l'un de nos libraires apportera un peu de normalité dans votre quotidien frappé par des circonstances hors de l'ordinaire », souligne Jean-Benoît Dumais, directeur général de la coopérative Les libraires.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.