Publicité

4 novembre 2020 - 13:14

Mme Anglade lui demande d'aider financièrement les familles qui n'ont pas été en mesure de faire tester leur domicile

Pyrrhotite : Dominique Anglade questionne le gouvernement sur la situation en Mauricie

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La cheffe de l'opposition officielle et porte-parole responsable de la Charte des régions, Dominique Anglade, a demandé aujourd’hui au gouvernement Legault d'aider financièrement les familles en Mauricie qui encore aujourd'hui n'ont pas été en mesure de faire tester leur domicile pour trace de pyrrhotite.

« Actuellement, c'est plus de 3 000 maisons en Mauricie qui n'ont pas encore été testées pour trace de pyrrhotite, souligne Mme Anglade. Ces tests coûtent environ 3 000 $. À l'Assemblée nationale, j'ai demandé à François Legault que son gouvernement apporte une aide financière à ces citoyens qui vivent encore ce cauchemar, bien des années plus tard. Comme cheffe du Parti libéral du Québec, je sais combien la situation pour ces familles est difficile. Je sais aussi qu'il s'agit d'une véritable croisade judiciaire, d'une souffrance et d'une détresse personnelle qui a miné un rêve, pourtant tout simple, de posséder sa propre maison. Mon message à ces familles est le suivant : nos régions doivent être au cœur des décisions et des préoccupations du gouvernement du Québec. C'est ça croire véritablement au développement économique pour améliorer la qualité de vie des citoyens. »

Rappelons que depuis la mise en place du programme d'aide de la Société d'habitation du Québec pour les victimes de la pyrrhotite, par le gouvernement libéral en 2011, 84M$ y ont été investis.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.