Publicité
11 juin 2019 - 16:13

Le Pôle d’économie sociale de la Mauricie fait son bilan de l’année 2018-2019

Par Salle des nouvelles

Le Pôle d’économie sociale de la Mauricie tenait la semaine dernière sa 14e assemblée générale annuelle, où a été dressé le bilan de l’année dernière et ont été annoncées les orientations pour celle à venir. L'assemblée avait lieu au Camp Val-Notre-Dame à Hérouxville.

L’année 2018-2019 s’est annoncée comme étant celle de plusieurs nouveaux projets pour le Pôle et c’est peu dire. Les principales réalisations concernent la production de capsules vidéo en partenariat avec l’Université du Québec à Trois-Rivières, le Pôle d’économie sociale du Centre-du-Québec et Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS).

Cette initiative visait à faire connaître l’économie sociale et ses spécificités aux étudiants du baccalauréat en administration, et ce, au sein de 4 cours obligatoires ce qui a permis de rejoindre au total plus de 700 étudiants.

Un mois de novembre dynamique

Le mois de novembre a été fort dynamique avec le Mois de l’économie sociale où une douzaine d’activités de promotion et sensibilisation ont été présentées, touchant plus de 340 personnes, dont près de 38 % sont des jeunes allant du secondaire jusqu’au niveau universitaire.

La deuxième mouture du Laboratoire en innovation sociale-LAB04, en partenariat avec Culture Mauricie, a une fois de plus fait émerger plusieurs projets prometteurs pour la région, par la contribution d’une centaine de participants. Parmi les dix projets imaginés lors de l’activité, 3 d’entre eux se sont qualifiés pour le LAB04XREMIX, une suite au LAB04 qui a permis aux participants de se pencher davantage sur les projets en s’inspirant d’initiatives similaires ailleurs au Québec.

Fort de l’expérience acquise à la suite du projet pilote de parcours d’expérimentation en innovation sociale, le Pôle d’économie sociale de la Mauricie a d’ailleurs présenté son incubateur jeunesse qui fait partie du réseau des 19 parcours qui se déploient partout au Québec, et ce, grâce à la collaboration du Chantier de l’économie sociale. Maintenant connu sous le nom de SISMIC, ce projet propose aux jeunes de 18 à 29 ans, des formations visant à structurer une idée et acquérir des connaissances propres au développement d’une entreprise collective.

« Au cours des vingt dernières années, le Pôle a développé une expertise ainsi que des collaborations dont les effets sont porteurs pour notre région. Que l’on pense à la culture, l’environnement ou l’éducation, on inscrit maintenant l’économie sociale comme façon d’entreprendre et de mobiliser les milieux. Pour la prochaine année, nous allons aller encore plus loin dans notre rôle d’émergence de l’entrepreneuriat collectif en misant davantage sur notre laboratoire d’innovation sociale pour trouver des solutions collectives aux enjeux de nos communautés. Nous allons également offrir de nouveaux services aux entreprises d’économie sociale afin de les soutenir dans le changement d’échelle, la commercialisation et la recherche de nouvelles avenues de financement. », d’affirmer Mme Lynn O’Cain, directrice générale du Pôle d’économie sociale de la Mauricie.

Données du premier portrait de l’économie sociale de l’ISQ

Ayant tout récemment reçu le premier portrait de l’économie par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), le Pôle en a profité pour présenter les données marquantes. Les données démontrent qu’en Mauricie, on compte environ 430 entreprises d’économie sociale qui, ensemble, génèrent un chiffre d’affaires de 627 M$ et comptent près de 5 730 employés. Les entreprises d’économie sociale affichent une longévité importante puisque 34 % d’entre elles ont plus de 30 ans d’existence et 50 % ont plus de 10 ans d’existence.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.