Publicité
7 mai 2019 - 11:31

Travailleur de Construction Ard-Air ltée écrasé mortellement par une pelle hydraulique : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Hier le 6 mai, la CNESST a rendu publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à M. Philippe Chiasson, charpentier-menuisier pour l’entreprise Construction Ard-Air ltée, le 7 novembre 2018 à Saint-Germain-de-Grantham.

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, M. Chiasson se trouvait sur un chantier de construction et s’affairait à la compaction du sol à l’intérieur des murs de la fondation d’une verrière, en se déplaçant avec une plaque vibrante. Pendant ce temps, l’opérateur de la pelle hydraulique sur chenilles pour l’entreprise Excavation Yvon Benoit inc. s’affairait au remblayage d’une conduite d’égout à proximité. Au moment où M. Chiasson quittait momentanément la fondation, l’opérateur de la pelle a entrepris un déplacement en marche arrière dans le but de se replacer dans la cour, sur une distance d’environ 1 mètre. M. Chiasson se trouvait directement derrière la pelle, dans l’angle mort, et a alors été écrasé par la pelle. Les secours ont été appelés sur les lieux et le travailleur a été transporté au centre hospitalier, où son décès a été constaté.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • Le travailleur s’est retrouvé dans l’angle mort arrière droit de la pelle hydraulique alors que l’opérateur entreprenait une manœuvre de recul;
  • L’absence de la gestion des manœuvres de recul dans une zone où il y avait présence simultanée d’un travailleur à pied et d’une pelle hydraulique en mouvement a compromis la sécurité du travailleur.

À la suite de l’accident, la CNESST a exigé du maître d’œuvre du chantier, Construction Ard-Air ltée, et de l’employeur, Excavation Yvon Benoit inc., qu’ils mettent en place une procédure de travail décrivant les mesures de sécurité à appliquer lors d’une manœuvre de recul de l’équipement lourd. Elle a également demandé que leurs travailleurs soient formés relativement aux risques liés aux manœuvres de recul sur un chantier de construction. Tant le maître d’œuvre que l’employeur se sont conformés à ces exigences.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents liés aux interactions entre les véhicules automoteurs et les piétons sur un chantier de construction, des solutions existent, notamment celles-ci :

  • La circulation des véhicules automoteurs sur un chantier doit être planifiée de manière à limiter la coactivité piétons-véhicules et à restreindre les manœuvres de recul;
  • Des mesures de sécurité pour protéger toute personne qui circule sur le chantier doivent être mises en place et les travailleurs doivent être informés des mesures prévues;
  • L’opérateur de la pelle hydraulique doit être vigilant lors de ses manœuvres de déplacement en tenant compte des angles morts du véhicule;
  • Les voies de circulation, les aires de recul et les aires de travail doivent être balisées;
  • Une communication efficace doit être établie entre tous les travailleurs.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête aux associations suivantes, afin que leurs membres en soient informés :

     - Association de la construction du Québec,
     - Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec,
     - Association québécoise des entrepreneurs en infrastructure,
     - Association patronale des entreprises en construction du Québec,
     - Association des entrepreneurs en construction du Québec,
     - Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec,
     - Association des propriétaires de machinerie lourde du Québec;

  • Dans le cadre de son partenariat avec la CNESST, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement diffusera le rapport d’enquête dans ses établissements de formation qui offrent le programme d’études Conduite d’engins de chantier.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.