Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
18 janvier 2017 - 11:43

Heureux dénouement pour la famille Herrera

Par Salle des nouvelles

L’organisation des Aigles de Trois-Rivières a appris dans les derniers jours que la demande d’asile politique de la famille Herrera a été acceptée par le gouvernement du Canada. Javier Herrera, porte-couleurs des Aigles depuis la saison 2015, pourra s’installer de façon définitive au pays en compagnie de sa femme, Ludzmy et ses enfants, Katie et Jaycob. 

La direction de l’équipe tient à remercier la population de Trois-Rivières et de ses environs pour le support accordé à la famille Herrera. Elle désire également souligner l’apport du député de Saint-Maurice Champlain et nouveau ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, qui avait aidé Javier à obtenir son permis de travail canadien l’été dernier. Puis, l’organisation trifluvienne félicite M. Bob McDuff et Mme Nicole Girard pour leur travail colossal depuis le tout début. Sans eux, le dénouement de cette histoire n’aurait peut-être pas été le même. 

Les négociations contractuelles entre le gérant des Aigles, TJ Stanton, et Javier Herrera en vue de la saison 2017 peuvent maintenant commencer. La saison dernière, le vétéran de 31 ans avait disputé 57 parties et maintenu une moyenne au bâton de 0.290.

Craignant pour la sécurité de sa famille au Venezuela, Javier Herrera avait demandé son statut de réfugié à l’automne 2015. Quelque mois plus tard, un juge de la Commission à l'immigration avait rejeté sa demande. C’est finalement à la cours d’appel que Herrera a eu gain de cause. 

Veuillez noter que le directeur général, René Martin, sera la seule personne de l’organisation des Aigles à commenter cette nouvelle. Pour faire une demande d’entrevue, vous devez contacter Simon Laliberté.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.