Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
29 mai 2018 - 10:48 | Mis à jour : 11:25

Objectif atteint pour la Marche de l’espoir de Trois-Rivières

Encore cette année, la Marche de l’espoir s’est déroulée dans une ambiance invitante et rassembleuse pour cette 22e édition. Quelques 240 personnes ont pris part à cet événement symbolique en partance du parc portuaire de Trois-Rivières sous les présidences d’honneur de Guylaine Beaudoin, de Beaudoin Relations Publiques et de Guillaume Morrissette, écrivain.

« Malgré la température incertaine, nous sommes heureux de constater une hausse de marcheurs comparativement à l’année dernière. Sous le signe de la bonne humeur et de l’entraide, les gens ont parcouru les rues du centre-ville de Trois-Rivières sous les effluves des lilas », a indiqué Francine Lamarche, responsable locale pour la Société canadienne de la sclérose en plaques (SCSP). « Même s’il est possible de faire un don jusqu’à la fin du mois de juin, nous pouvons déjà affirmer que nous avons atteint notre objectif qui représentait un montant de 34 000$. » 

La marche de l’espoir est le principal événement de financement de la société et elle a été créée dans le but de rejoindre les gens atteints de la maladie, mais aussi leurs proches au sein d’une activité rassembleuse et accessible au plus grand nombre. Sur une distance de 5 km, on a proposé aux participants de bouger, mais aussi de réfléchir à la réalité des personnes atteintes de la maladie et aux impacts sur leur vie et sur celle de leurs proches.

Guylaine Beaudoin et Guillaume Morrissette : Touchés par l'ampleur de la maladie

Madame Guylaine Beaudoin et Monsieur Guillaume Morrissette se sont impliqués avec cœur dans cette campagne de collecte de fonds. Étant interpellés de près par cette cause, nos présidents d’honneur se soucient de l’ampleur de cette maladie dans notre pays. Ils soutiennent que : « Le Canada affiche le plus haut taux de sclérose en plaques du monde : selon les estimations, une personne sur 340 est atteinte de SP dans notre pays. Alors qu’elle est le plus souvent diagnostiquée chez de jeunes adultes âgés de 15 à 40 ans, la SP se manifeste aussi chez des enfants et des adultes d’âge mûr. »   

Madame Beaudoin et Monsieur Morrissette sont également préoccupés par l’avancement de la recherche. Ils expliquent que : « par notre engagement auprès de la Société canadienne de la sclérose en plaques, Section Mauricie, nous souhaitons aider les chercheurs à élucider le mystère qui entoure cette maladie imprévisible et contribuer au financement de la recherche. Grâce à celle-ci, des traitements qui permettent aux gens atteints de SP d’améliorer leur qualité de vie sont mis au point et, ultimement, un remède contre toutes les formes de SP sera découvert ».

À propos de la sclérose en plaques (SP)  

La sclérose en plaques (SP) est considérée comme une maladie auto-immune qui s’attaque au système nerveux central (cerveau, moelle épinière et nerfs optiques). Il s’agit d’une maladie imprévisible qui peut se manifester par les symptômes suivants : fatigue extrême, incoordination, faiblesse, fourmillements, troubles de la sensibilité, de la vision, de la vessie ou de la fonction cognitive et changements d’humeur. Elle a également des répercussions physiques, émotives et financières. Il n’existe présentement aucun remède contre la SP, mais les chercheurs en apprennent chaque jour davantage sur les causes de la SP et sont plus près que jamais de trouver des moyens de contrer cette maladie.

Pour faire un don ou obtenir des renseignements, il est possible de téléphoner au 819 373-2570.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.